Lundi, 24 Avril 2017
Dernières nouvelles
Principal » 'YSL sous le feu de la critique

'YSL sous le feu de la critique

09 Mars 2017

Depuis quelques jours, les internautes se sont emparés du sujet et dénoncent à coups de hastags #YSLRetireTaPubDegradante les images "dégradantes" pour la femme affichées notamment dans les rues de Paris.

Ces deux affiches de la nouvelle campagne Saint Laurent, visibles à Paris, font polémique. Sur la seconde, toujours chaussée de patin à roulettes, une femme apparaît très maigre, dans une position bien inconfortable, pliée en deux, la tête reposant sur un tabouret, les fesses en l'air. En 1971, le fondateur de la maison de couture, pose nu devant l'objectif de Jeanloup Sieff pour dévoiler son premier parfum "Pour Homme". "Parce qu'il est vraiment temps de dire STOP à ces pubs affligeantes, dégradantes.et moches", intime l'un des messages.

" Yves Saint Laurent, retire ta pub dégradante". "C'était avant", reproche un autre. La raison? Un mannequin jugé beaucoup trop maigre sur la photo, jugée " irresponsable " en Angleterre.

Contacté par 20 Minutes, le service communication de la marque semblait découvrir les réactions suscitées par la campagne et n'a pas donné suite à nos sollicitations, précisant que la " maison ne communiquera pas ". Par ailleurs, nous apprend l'agence de presse Reuters, une cinquantaine de plaintes auraient été déposées auprès de l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP).

"L'ARPP a demandé à la marque et à l'afficheur de modifier au plus vite ces visuels", a déclaré à Reuters Stéphane Martin, directeur général de l'Autorité, estimant que "la profession s'est fixée des règles de dignité et de respect de l'image de la personne qui ne sont pas ici respectées". "Je ne suis pas sûr que toutes les femmes client (e) s aient envie d'être associées à ces images-là" a-t-il ajouté. "Infériorisation de la femme, (.) femme offerte. voilà la variété des images auxquelles ce type de campagne renvoie les jeunes publics, qui sont plus fragiles".


'YSL sous le feu de la critique