Lundi, 24 Avril 2017
Dernières nouvelles
Principal » Veto russe à la résolution condamnant l'attaque chimique en Syrie

Veto russe à la résolution condamnant l'attaque chimique en Syrie

15 Avril 2017

"Notre impression est que l'Occident, principalement les Etats-Unis, est complice des terroristes et qu'il a monté toute cette histoire pour servir de prétexte" à l'attaque américaine du 7 avril contre une base aérienne dans le centre du pays, a ajouté M. Assad.

" Notre puissance de feu, notre capacité à attaquer les terroristes n'a pas été affectée par cette frappe", a affirmé M. Assad à l'AFP.

Les Occidentaux ont imputé au régime Assad l'attaque chimique présumée et, en guise de représailles, les Etats-Unis ont mené leurs premières frappes contre une base militaire du régime syrien depuis le début du conflit il y a six ans.

"Ce nouvel épisode ne fait que renforcer la détermination de la France à faire toute la lumière sur la barbarie du régime de Bachar el-Assad dont le peuple syrien est la première victime", précise plus loin Jean-Marc Ayrault, qui "appelle la communauté internationale à (.) prendre les décisions qui s'imposent pour mettre un terme, à travers une solution politique, à la tragédie syrienne". "Il tente de balancer des fausses informations, de semer la confusion", a condamné le porte-parole du département d'Etat Mark Toner".

"Il y a plusieurs années, en 2013, nous avons renoncé à tout notre arsenal (.) Et même si nous possédions de telles armes, nous ne les aurions jamais utilisées", a poursuivi le président syrien qui a maintes fois affirmé s'être débarrassé de cet arsenal.

Le veto intervient par ailleurs au moment où le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson faisait état lors d'une visite à Moscou "d'un niveau de confiance bas" entre les Etats-Unis et la Russie.

"Nous avons eu raison, et nous avons réussi", déclare Donald Trump.

Quelques heures avant de recevoir le responsable américain, Vladimir Poutine avait déclaré que les relations entre Moscou et Washington étaient désormais à un niveau pire qu'à l'époque de la présidence de Barack Obama.

Mais M. Lavrov a indiqué jeudi au sujet de sa rencontre avec M. Tillerson que les deux hommes étaient " arrivés à la position commune qu'une situation semblable ne doit pas se répéter", en allusion à la frappe contre la base.

La Russie a posé mercredi son veto à un projet de résolution du Conseil de sécurité demandant une enquête internationale sur l'attaque chimique présumée en Syrie imputée au régime de Bachar al-Assad.

Pourtant après 2013, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques avait mis en cause à deux reprises le régime syrien de Damas dans des attaques contre des localités rebelles.

Tillerson a prôné le départ "organisée" du président syrien tandis que son homologue russe insistait sur les précédents chaos créées par des départs de "dictateurs".


Veto russe à la résolution condamnant l'attaque chimique en Syrie