Vendredi, 20 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Pour les États-Unis, la situation "ne peut durer" — Corée du Nord

Pour les États-Unis, la situation "ne peut durer" — Corée du Nord

20 Avril 2017

Interrogé sur sa stratégie militaire face à la Corée du Nord, le président américain n'a rien voulu révéler. "Son usage perpétuel et ses tests de missiles balistiques sont inacceptables", regrette le vice-président américain qui espère que la Chine fera tout ce qui est possible pour ramener Pyongyang à l'ordre.

"Dans un tweet, Donald Trump a dit de son côté qu'il avait adopté une ligne plus modérée vis-à-vis de la Chine sur les questions de change pour faciliter la coopération de Washington et Pékin en vue de résoudre le " problème " nord-coréen". La Corée du Sud, qui est en pleine campagne électorale, s'inquiète elle du risque que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un et Donald Trump ne mettent en pratique leurs discours guerriers.

Sans en révéler davantage, le général McMaster a répété que le président Trump refusait par principe d'annoncer en avance ses décisions mais "toutes les options restent sur la table, elles sont en train d'être peaufinées et développées".

Ce tir a en outre été effectué quelques heures seulement avant l'arrivée en Corée du Sud du vice-président américain Mike Pence pour des discussions qui se concentreront sur la menace nord-coréenne.

La vidéo montre notamment des extraits du tir d'un missile Pukguksong-2, un missile balistique à moyenne et longue portée, en février dernier et s'achève par une image d'un drapeau américain en flammes sur fond de cimetière militaire.

"Par le passé, les relations économiques américano-japonaises ont commencé par des frictions, mais nous entrons dans une nouvelle ère de coopération", a-t-il dit lors de la conférence de presse. En face, à l'occasion de la gigantesque parade en honneur du 105e anniversaire de la naissance du fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), Kim Il-sung, la Corée du Nord a exhibé ce samedi une soixantaine de missiles, dont un qui semblait correspondre à un nouveau type de missile balistique intercontinental (ICBM).

Suite à la réunion de ce matin organisée par l'AMCHAM, Pence, qui a achevé sa visite de trois jours en Corée du Sud, est parti pour le Japon avant de se rendre en Indonésie et Australie. Des dizaines de magasins sud-coréens ont dû fermer leurs portes.

Or, Pyongyang explique justement son programme atomique par la menace américaine. "Personne n'a jamais vu de notre côté une réponse aussi positive de la Chine".

"Les États-Unis et leurs alliés se tiennent ensemble pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne".

Alors que plane la menace d'un sixième essai nucléaire par le régime Nord-Coréen, le vice-ministre des Affaires étrangères Han Song-Ryol, a laissé entendre que Pyongyang comptait accélérer le rythme de ses tirs balistiques.

Plusieurs médias avaient alors affirmé qu'il faisait route vers la Corée du Nord depuis Singapour, alors qu'en fait il avançait dans la direction opposée.

Allié traditionnel de la Corée du Nord, la Chine, que Donald Trump exhorte à faire pression sur Pyongyang, s'est prononcée contre les tirs expérimentaux de missiles et les essais nucléaires de son petit voisin, et elle soutient les sanctions de l'Onu.