Vendredi, 28 Juillet 2017
Dernières nouvelles
Principal » La galère des Français de l'étranger pour voter

La galère des Français de l'étranger pour voter

24 Avril 2017

Déçus d'une campagne brouillée par "les affaires", les Français installés en Amérique ont avant tout cherché à voter utile, samedi, 24 heures avant leurs compatriotes de la métropole pour le premier tour d'une présidentielle endeuillée par l'attentat des Champs Elysées.

La file des électeurs français pour le premier tour de la présidentielle, à Montréal, le 22 avril 2017.

De Londres à Berlin, en passant par Montréal et Pondichéry, des milliers de Français de l'étranger se sont rendus aux urnes ces samedi et dimanche, bravant des heures d'attente parfois interminables. À Berlin, Londres, Montréal, Melbourne ou encore Hong Kong, des nombreux expatriés ont cependant rencontré de grandes difficultés pour pouvoir voter, en ayant notamment à faire plusieurs heures d'attente pour pouvoir glisser leur bulletin.

- Longues queues à Londres - Au Royaume-Uni, de Belfast à Edimbourg et de Bristol à Manchester, les Français votaient dimanche dans 54 bureaux de vote, dont 42 à Londres, la capitale où 72.000 électeurs étaient inscrits.

"J'aurais aimé pouvoir faire le vote électronique mais si ce n'est pas possible, et bien on fait notre devoir de citoyen, on se lève tôt et on fait la queue", a déclaré Magalie Belmo, employée marketing, qui votait à South Kensington. Au total, 119.773 électeurs français sont inscrits aux Etats-Unis, dont 11.242 à Washington, soit 30% d'électeurs de plus que pour le premier tour de la présidentielle en 2012, selon les chiffres de l'ambassade française dans le pays.

Les Français de Londres ont voté, comme ici, au Lycée français Charles de Gaulle.

La file d'attente s'étendait sur 200 mètres à l'extérieur de l'ambassade à la mi-journée à l'ombre de la porte de Brandebourg, malgré les averses répétées de pluie et de grêle.

"Je suis revenu quatre fois", en vain, a affirmé à l'AFP Paul Hamel, un trentenaire en colère.

Ils sont près d'1,8 million à voter en dehors des frontières hexagonales. Les files étaient aussi importantes dans la province voisine de l'Ontario: devant le consulat général de France à Toronto, le temps d'attente a dépassé les trois heures, selon le média public canadien. "Il y a beaucoup de monde qui vient voter, je crois que les attentats mobilisent", a avancé son épouse de 75 ans, Noémie Nabel, en référence à la fusillade revendiquée par le groupe Etat islamique lors de laquelle un policier a été tué. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.


La galère des Français de l'étranger pour voter