Samedi, 18 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Une note défendant l'EI trouvée près de l'auteur — Attentat à Paris

Une note défendant l'EI trouvée près de l'auteur — Attentat à Paris

27 Avril 2017

Les coups de feu ont tué un policier quasiment sur le coup. Deux autres policiers ont été gravement blessés. Xavier était au volant et a été tué alors que les deux autres policiers qui se trouvaient dans le véhicule ont été blessés. L'hommage est prévu mardi.

La section antiterroriste a ouvert une enquête en flagrance, mais François Molins est resté discret pour ne pas gêner le cours des investigations.

L'assaillant était connu des services de police et de justice, a confirmé François Molins. Une perquisition a eu lieu au domicile de Seine-et-Marne, très vite après l'attaque. L'exploitation du téléphone et des ordinateurs restait vaine.

EN DIRECT - Attaque des Champs-Elysées: un Conseil de Défense convoqué à 8h
Une note défendant l'EI trouvée près de l'auteur — Attentat à Paris

Dans la voiture, les enquêteurs ont retrouvé un fusil à pompe, deux gros couteaux et un sécateur. A ce stade, aucun lien avec la mouvance jihadiste n'a été observé.

Né le 31 décembre 1977 à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), autre commune de la banlieue nord-est de Paris, l'agresseur est un Français de 39 ans, Karim Cheurfi, résidant à Chelles (Seine-et-Marne) et connu de la police et de la justice.

Son incarcération était la conséquence de sa condamnation en février 2005 à quinze ans de réclusion pour trois tentatives d'homicide volontaire, dont deux visant des policiers. Après un accident de la route, il avait tiré sur un élève policier ainsi que son frère. Il demande au gardien de la paix qui le surveille d'entrer dans sa cellule sous un motif futile, le frappe, s'empare de son arme et n'hésite pas à tirer à plusieurs reprises. En 2008, il a également agressé un personnel de l'administration pénitentiaire, ainsi qu'un co-détenu.

Sorti de prison en juillet 2013, il sera de nouveau condamné en 2014 pour vol aggravé à quatre ans de prison, dont deux ans de sursis avec mise à l'épreuve, mais sortira finalement en 2015, en liberté conditionnelle.

Karim Cheurfi avait été arrêté le 23 février par la police, soupçonné de vouloir tuer des policiers. Mais il avait été relaché faute de preuve. En mars, le parquet antiterroriste ouvre une enquête préliminaire à l'encontre de Karim C. François Molins a aussi affirmé que l'auteur des tirs n'était pas fiché S, et ne présentait pas de signes de radicalisation. Des faits qu'il avait reconnus lors de son procès en appel.

" On est sous le choc ": touristes et habitués du quartier reprenaient vendredi, anxieux, le chemin des Champs-Elysées et les commerçants rouvraient boutique, inquiets des retombées économiques de l'attaque survenue la veille.

Son attaque sur les Champs-Élysées a été revendiquée par le groupe djihadiste État islamique (EI), mais cette revendication pose question puisque l'organisation donne le nom de guerre d'un djihadiste belge nommé comme " Abu Yussef le Belge ". Celui-ci s'est d'ailleurs rendu dans un commissariat d'Anvers vendredi matin.


Une note défendant l'EI trouvée près de l'auteur — Attentat à Paris