Mercredi, 20 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » "Je ne me considère pas comme un favori" — Emmanuel Macron

"Je ne me considère pas comme un favori" — Emmanuel Macron

28 Avril 2017

Nouveau déplacement pour Marine Le Pen, lancée dans la bataille de l'entre-deux-tours. Si le candidat d'En Marche appelle au rassemblement, son adversaire invite à faire un choix. "J'ai besoin de votre adhésion pour nous rendre plus fort", a-t-il conclu. Un symbole, sans doute, considéré de l'extérieur, compte tenu des résultats de la représentante du FN dans le département - 34, 35 % soit plus de 10 points au-dessus de sa moyenne nationale - et, en particulier, dans l'ex-bassin minier tout proche où l'héritière de la dynastie Le Pen a réalisé des scores quelques fois de 10 points supérieurs à sa moyenne départementale - 45,96 % à Billy-Montigny, 46,5 % à Hénin-Beaumont et 42,74 % à Rouvroy. Elle a été accueillie au port du Grau-du-Roi (Gard) par une centaine de sympathisants scandant "Marine présidente!".

Quant à Emmanuel Macron, "je ne suis pas d'accord avec lui sur ses positions mais il a au moins respecté une chose, c'est la démocratie représentative" en ayant d'abord "une première discussion avec les syndicats" avant de venir sur le site, a dit M. Mailly. "Pourquoi tout le Nord il vote Front national?", s'est agacée une autre.

"Je ne suis pas le fruit du système: je suis nouveau dans la vie politique, je n'ai pas des années et des années de mandats politiques et je ne suis pas un héritier politique à la différence de Madame Le Pen", a-t-il encore noté, se présentant comme le candidat de l'"amour de l'avenir et de l'espoir contre volonté de ramener la France à un passé qu'elle n'a jamais eu".

" Je ne poursuivrai pas l'Europe comme elle est ", a promis jeudi Emmanuel Macron, en défendant notamment sa proposition d'harmonisation fiscale et sociale dans l'Union européenne.

Au rayon politique, Marine Le Pen en a profité pour revenir sur sa visite surprise la veille sur le site de Whirlpool, en assurant que " ce n'était pas des militants, c'était les salariés de Whirlpool " qui l'ont alors soutenue, contrairement à ce qu'a affirmé le candidat d'En Marche!

Dans l'après-midi, Emmanuel Macron s'est rendu à Sarcelles (Val-d'Oise), où il a été chaleureusement accueilli par les habitants, dont de nombreux jeunes. "Parce que personne ne peut le faire dignement", a-t-il poursuivi.

Des propos qu'il a répétés lors de son intervention sur TF1, ajoutant que "ne pas se positionner, c'est décider d'aider Mme Le Pen".

"Derrière les phrases creuses fabriquées par les communicants et prononcées par un orateur souvent sentencieux et narcissique, il y a un projet de dilution de notre pays, de ses valeurs, de ses repères, de sa justice sociale, de son unité". Très profondément. Et donc c'est une sortie de l'histoire de la France. "Emmanuel Macron a la froideur des grandes entreprises qui licencient sans états d'âme", a accusé Mme le Pen, pour qui "cette présidentielle est une forme de référendum, pour ou contre la France".