Samedi, 18 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » L'équipe d'En Marche! dénonce un "piratage massif" de ses données — MacronLeaks

L'équipe d'En Marche! dénonce un "piratage massif" de ses données — MacronLeaks

06 Mai 2017

Vendredi soir, sur Twitter, l'extrême droite a beaucoup relayé ces documents piratés. "Infâme", a rétorqué sur Twitter le porte-parole d'Emmanuel Macron, Sylvain Fort. Pour Ben Nimmo, basé au Royaume-Uni et spécialiste de la sécurité au Digital Forensic Research Lab du cercle de réflexion Atlantic Council, les premières analyses indiquent qu'un groupe de militants d'extrême droite actif sur internet est à l'origine des premiers efforts pour diffuser les documents piratés sur les réseaux sociaux. L'opération a été lancée juste avant la fin officielle de la campagne électorale, vendredi à minuit, heure à partir de laquelle plus aucune prise de parole politique n'est autorisée.

"Des dizaines de milliers d'emails, de photographies et de pièces jointes, datant du 24 avril au plus tard" (le lendemain du premier tour de la présidentielle) ont été diffusés par un internaute baptisé EMLEAKS, sur Pastebin, un site de partage de documents qui autorise l'anonymat de ses contributeurs.

'Les fichiers, qui circulent, ont été obtenus il y a plusieurs semaines grâce au 'hacking' de boîtes mail personnelles et professionnelles de plusieurs responsables du mouvement', a précisé En Marche! dans un communiqué. "Ceux qui font circuler ces documents ajoutent à des documents authentiques nombre de faux documents afin de semer le doute et la désinformation", prévient En Marche! pour qui "cette opération relève manifestement de la déstabilisation démocratique, comme cela s'est déjà vu aux Etats-Unis pendant la dernière campagne présidentielle". Son rival, le candidat centriste Emmanuel Macron, a de son côté été en proie à une fuite de documents, son équipe accusant le coup d'un acte de piratage visant à influencer le scrutin. En mars, En Marche! avait aussi été la cible de tentatives de hameçonnage ("phishing"), attribuées là à un groupe russe, selon l'entreprise japonaise de cybersécurité Trend Micro.

"L'ambition des auteurs de cette fuite est de toute évidence de nuire au mouvement En Marche! à quelques heures du second tour de l'élection présidentielle française", assure l'équipe de campagne en livrant des détails sur la nature des documents présents (mails de coordination, extraits de comptes de campagne.). "Effrayant, ce naufrage démocratique", a notamment lancé Florian Philippot, le vice-président du Front National, le parti de Marine Le Pen.

"Bien évidemment, les documents provenant du piratage sont tous légaux et traduisent le fonctionnement normal d'une campagne présidentielle". Leur diffusion rend publiques des données internes mais n'est pas de nature à nous inquiéter sur la remise en cause de la légalité et de la conformité des documents concernés.

Quelques minutes après la publication des documents, En Marche!

La commission a été saisie dans la soirée du 5 mai par l'équipe d'Emmanuel Macron "à la suite d'une attaque informatique dont son mouvement a été l'objet, et qui avait donné lieu à la diffusion sur les réseaux sociaux de données présentées comme issues des systèmes d'information du candidat, mais dont une partie était probablement constituée de faux", ajoute le communiqué de la CNCCEP.

Nous prendrons toutes les initiatives nécessaires auprès des acteurs publics et privés pour faire la clarté sur cette opération inédite dans une campagne électorale française.


L'équipe d'En Marche! dénonce un