Vendredi, 28 Juillet 2017
Dernières nouvelles
Principal » Après sa large victoire : Macron en quête d'une majorité

Après sa large victoire : Macron en quête d'une majorité

10 Mai 2017

Richard Ferrand a indiqué que le "parti du président" s'appellera désormais "La République en marche".

Un "congrès fondateur se tiendra avant le 15 juillet prochain", a ajouté Richard Ferrand. La présidence par intérim a été confiée à Catherine Barbaroux, jusque-là déléguée d'En Marche!.

11 h 20 - Le secrétaire général d'En Marche!

Emmanuel Macron a par ailleurs participé lundi matin à sa première cérémonie en tant que nouveau chef de l'Etat.

François Hollande, qui avait invité son successeur à se joindre à lui pour les commémorations du 8 mai 1945, est allé le chercher à pied, au premier rang d'une des tribunes officielles.

L'entourage d'Emmanuel Macron a annoncé que le président élu, qui se veut le défenseur d'une relance du projet européen, souhaite célébrer mardi la Journée de l'Europe et qu'il sera mercredi, aux côtés du président sortant, pour la Journée nationale des mémoires de l'esclavage juste après le dernier conseil des ministres du quinquennat Hollande.

Si l'agenda du président élu n'est pas encore connu pour la fin de semaine, nul doute qu'il va finaliser la composition de son gouvernement et mettre ses troupes en ordre de bataille. Le parti se trouve à l'heure des choix: doit-il appartenir à la majorité d'Emmanuel Macron? à l'opposition?

Selon une enquête Harris interractive-M6 publiée dimanche, l'alliance En marche-MoDem recueillerait 26 % des intentions de vote, devant la coalition Les Républicains-UDI (22 %), le Front national (22 %) et la France insoumise (13 %). L'ancien Premier ministre de droite Jean-Pierre Raffarin a plaidé, lundi, pour un nouveau gouvernement "yin et yang", composé à la fois de "têtes nouvelles" et de gens d'expérience. M.Macron qui a fait campagne sur le thème du "renouvellement politique" dévoilera dans les prochains jours la composition du gouvernement, perçue comme les premières indications de sa volonté de rassemblement.

La cérémonie de passation des pouvoirs avec le président sortant se déroulera dimanche à l'Elysée, soit le jour où le mandat de François Hollande doit officiellement expirer, cinq ans après sa prise de fonction.

Après une poignée de mains et une accolade, les deux hommes ont notamment rallumé la flamme sous l'Arc de Triomphe.

Côté gouvernement, les spéculations sont allées bon train lundi.

Emmanuel Macron a d'ores et déjà annoncé que son premier déplacement à l'étranger sera pour les soldats français en opération extérieure, sans préciser le lieu, la date et la forme. La chancelière Angela Merkel a jugé hier que le président élu porte les espoirs "de millions" de Français et d'Européens.

Le chef de l'Etat a déclaré ressentir "beaucoup d'émotion" à donner, lors de ces cérémonies, "la marche à suivre" à Emmanuel Macron, qui, dans son parcours politique, l'a "suivi" puis "s'est émancipé", sans trahir, et "a été élu" avec 66,1% des voix, contre 33,9% à Marine Le Pen, selon les résultats définitifs.

Le dénouement de cette élection a été marqué par une forte abstention (25,44%), la plus élevée pour un second tour depuis 1969.

Plusieurs centaines de personnes ont d'ailleurs manifesté dès lundi après-midi à Paris sous la bannière du collectif Front social, qui, entre les deux tours de l'élection présidentielle, avait appelé à "battre les deux candidats".