Mardi, 23 Mai 2017
Dernières nouvelles
Principal » Démission stupéfiante du président de l'instance électorale en Tunisie

Démission stupéfiante du président de l'instance électorale en Tunisie

10 Mai 2017

Dans une déclaration, ce mardi 9 mai 2017, à Africanmanager, le député du Front populaire (FP), Ammar Amroussia a appelé Chafik Sarsar à communiquer davantage et à dévoiler les raisons de sa démission et ce, dans l'objectif de barrer la route aux interprétations malveillantes, aux spéculations et d'éviter au pays des tiraillements politiques. L'Instance jouit d'une solide réputation, après avoir déjà mené à bien les législatives et présidentielle de 2014.

A noter que cette démission semble irrévocable surtout après les propos de Chafik Sarsar lors de même point de presse en assurant qu'il s'agit d'une décision responsable et exhortant l'ARP à remplacer les membres démissionnaires de l'ISIE avant le début des vacances parlementaires.

Contacté par l'AFP, M. Sarsar n'était pas joignable dans l'immédiat.

L'Instance a entamé la mise en place d'une commission en charge de l'organisation de l'opération d'inscription électorale et envisagé la réalisation d'un audit externe du registre électorale, a annoncé Sarsar.

Le ministre chargé des relations avec les instances constitutionnelles, Mehdi Ben Gharbia, a insisté sur la volonté du gouvernement de respecter ce calendrier.

Le chef de l'instance électorale en Tunisie, Chafik Sarsar, a démissionné à la surprise générale mardi, à sept mois des premières élections municipales de l'après-révolution, a annoncé la télévision publique. "C'est aussi l'une des rares instances institutionnelles indépendantes de la nouvelle Tunisie", a fait valoir l'analyste Selim Kharrat.

Attendues de longue date afin de consolider la transition démocratique, elles ont finalement été fixées au 17 décembre.

Entré en fonctions il y a moins d'un an, le gouvernement de Youssef Chahed est à son tour confronté à la montée de mouvements sociaux de protestation, comme à Tataouine (sud), Kairouan (centre) ou encore au Kef (nord-ouest). Conclu en 2016, cet accord a permis la formation de son gouvernement dit "d'union nationale".


Démission stupéfiante du président de l'instance électorale en Tunisie