Samedi, 19 Août 2017
Dernières nouvelles
Principal » L'ancien PM Manuel Valls veut être candidat de la "majorité présidentielle" — France

L'ancien PM Manuel Valls veut être candidat de la "majorité présidentielle" — France

12 Mai 2017

Sur les "428 candidats" investis sélectionnés à partir de "19.000 dossiers" déposés depuis janvier, il y a "52% de candidates et candidats issus de la société civile au sens qu'ils n'ont jamais exercé de mandat électif", a indiqué M. Ferrand, au cours d'une conférence de presse.

"La promesse de renouvellement est ainsi tenue", a-t-il dit en rappelant la volonté du jeune centriste pro-européen de faire souffler un vent de renouveau en France.

"Je serai candidat de la majorité présidentielle et je souhaite m'inscrire dans ce mouvement qui est le sien, La République en marche", a déclaré Manuells Valls mardi matin sur les ondes de RTL, invitant "tous les députés sortants, les progressistes, ceux qui ont appelé à voter pour Emmanuel Macron avant le premier tour, ceux qui souhaitaient sa victoire" à faire de même.

"Candidat, ça ne s'improvise pas", s'inquiète un soutien de M. Macron. Selon lui, 93 % des candidats travaillent, 2 % sont en recherche d'emploi, 4 % sont retraités et 1 % étudiants. "Il est hors de question pour nous de ne pas continuer le travail que nous avons commencé depuis plus d'un an". Selon lui, les candidatures retenues représentent "l'ensemble du spectre politique", ce qui, selon lui, exprime "la recomposition voulue par le président".

Les 577 sièges de la chambre basse française seront en jeu lors des élections législatives des 11 et 18 juin.

Intransigeant sur ses critères de sélection, M. Macron n'a-t-il pas aussi "surestimé la vague" qui doit porter ses candidats au Palais Bourbon, glisse un parlementaire socialiste. "Environ 450" candidats aux législatives de La République en marche seront dévoilés ce jeudi, au lieu des 577 initialement annoncés, en raison de l'afflux de candidatures de dernière minute comme celle de Manuel Valls.

Quand plusieurs médias rapportaient sur la base des propos de M. Cambadélis qu'une procédure d'exclusion venait d'être ouverte contre l'ancien premier ministre, son entourage a démenti. Parlons franchement, nous nous retrouvons dans la plupart des propositions du projet qu'Emmanuel Macron porte, oui ou non? Et les noms de certains élus de ce bord, comme celui du maire du Havre (nord-ouest) Edouard Philippe, circulent comme choix possible pour prendre la tête de son gouvernement.