Lundi, 20 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » France-Allemagne: Macron à Berlin au lendemain de son investiture

France-Allemagne: Macron à Berlin au lendemain de son investiture

17 Mai 2017

Le président français a insisté sur la nécessité de répondre à la "colère" qui s'est exprimée dans le vote pour Marine Le Pen, la chancelière allemande jugeant que l'élection française montrait qu'il fallait renforcer l'Europe. En 1995, la rencontre entre Jacques Chirac et Helmut Kohl, a lieu en terrain neutre, si l'on peut dire, à Strasbourg où siègent les élus européens du Parlement de l'UE.

Le titre, à double sens, " Cher ami " à la fois coûteux et proche du Fankfurter Allgemeine Zeitung et de l'hebdomadaire Der Spiegel illustre l'état d'esprit outre-Rhin à quelques heures de la visite d'Emmanuel Macron. Au même moment, son Premier ministre devrait former son gouvernement avec une "quinzaine" de ministres, comme Emmanuel Macron l'avait annoncé pendant sa campagne. France et Allemagne organiseront en juillet un conseil des ministres commun pour avancer sur ces sujets.

Lundi après-midi, le chef de l'Etat s'envolera pour Berlin pour s'entretenir avec la chancelière allemande, une visite lors de laquelle il souhaite amorcer un travail commun avec trois priorités: la sécurité, l'économie et l'investissement, ainsi que la protection sociale, selon son entourage.

"Le monde et l'Europe ont aujourd'hui plus que jamais besoin de la France", a-t-il lancé dimanche lors de son discours d'investiture au Palais de l'Elysée.

"Nous avons besoin d'une Europe plus efficace, plus démocratique, plus politique", a souligné celui qui devient à 39 ans le plus jeune président de la France. Je crois que Mme Merkel a beaucoup de respect pour lui mais, en réalité, rien ne se passera avant qu'il n'agisse en France. Un millier de soldats français sont actuellement déployés au Mali dans le cadre de Barkhane, qui a succédé à l'opération Serval lancée en janvier 2013 par François Hollande face à la progression de groupes armés qui menaçaient la capitale Bamako.

Un geste à l'attention des forces françaises engagées sur des théâtres d'opérations. Mais, ajoute-t-il, "cela ne veut pas dire que c'est elle qui décide". Edouard Philippe a eu sa carte au parti socialiste quand il était encore étudiant, rapporte Rfi qui renseigne que l'homme est issu du même moule que le président: Sciences Po puis l'ENA; il en est sorti dans les 15 premiers.

Avant cela il doit recevoir mardi les membres de la commission d'évaluation du Comié international olympique sur la candidature de Paris.