Lundi, 20 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Macron face au défi de la recomposition — Gouvernement

Macron face au défi de la recomposition — Gouvernement

17 Mai 2017

Le président centriste français Emmanuel Macron a repoussé à mercredi la présentation de son premier gouvernement pour passer au crible avant de la nommer la future équipe ministérielle, qu'il souhaite "irréprochable", paritaire et "de droite et de gauche", une rupture dans la vie politique. Par écho, le premier Conseil des ministres du quinquennat Macron a été reporté d'aujourd'hui à demain matin.

Mais les nécessaires vérifications de probité des futurs ministres ne constituent certainement pas la seule explication à ce retard à l'allumage puisqu'une liste de personnalités pressenties a été déjà transmise depuis une semaine aux instances compétentes.

Depuis la victoire de l'ancien ministre de l'Économie le 7 mai, les spéculations vont bon train sur l'identité et la sensibilité politique des ministres qui intégreront ce gouvernement, dont le président a dit qu'il avait "vocation à durer", rappelle Le Figaro.

"Une procédure approfondie sera menée sur la situation fiscale et les déclarations d'intérêts des membres du gouvernement dès leur nomination", précise la Présidence.

La HATVP a été créée par loi sur la transparence adoptée en 2013 sous le quinquennat de François Hollande, après le scandale Cahuzac. Un premier couac dans le tempo du président de la République.

La veille, le chef de l'Etat s'était rendu lundi à Berlin pour rencontrer la chancelière Angela Merkel, qui s'est montrée ouverte à son idée de changement des traités européens pour réformer l'Europe.

Mais les cinq nominations officielles concernent pour l'heure exclusivement des hommes, dont quatre énarques, comme M. Macron. Habitué à refuser ministères, l'ex-animateur de TF1 a décidé "cette fois-ci de franchir le pas", sous certaines conditions, selon un proche (lire en page4). Autres noms cités à droite: le juppéiste Benoist Apparu ou le lemairiste Franck Riester.

Une centaine d'élus LR et UDI ont jugé lundi que leurs familles politiques devaient "répondre à la main tendue" par le nouveau président dans un appel initié par le député Thierry Solère, qui fait partie des candidats LR aux législatives contre lesquels le parti d'Emmanuel Macron n'a pas investi de candidat pour l'instant. Nathalie Kosciusko-Morizet lorgne la Défense. Piliers de la campagne venus du PS, Richard Ferrand, Christophe Castaner et Gérard Collomb, donné favori pour l'Intérieur, semblent incontournables. Après la passe d'armes autour des investitures d'En Marche! et du MoDem pour les législatives, François Bayrou entrera bien au gouvernement, selon l'entourage du chef de l'État - peut-être à la Justice. Et les femmes? S'il a promis la parité, Emmanuel Macron a mené campagne avec un premier cercle très masculin. Il pourrait choisir de propulser de jeunes espoirs issus du monde de l'entreprise, comme Astrid Panosyan, passée par la direction d'un groupe immobilier ou la spécialiste de la communication Axelle Tessandier.


Macron face au défi de la recomposition — Gouvernement