Jeudi, 19 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » À quoi sert un directeur du FBI — Crise Trump-Comey

À quoi sert un directeur du FBI — Crise Trump-Comey

18 Mai 2017

La semaine a été particulièrement compliquée pour le nouveau président américain et pour ses communicants, poussant le milliardaire sur Twitter - son canal médiatique préféré - à menacer de supprimer le sacro-saint briefing quotidien de la Maison Blanche, scruté aux Etats-Unis et dans le monde entier.

"James Comey ferait bien d'espérer qu'il n'existe pas d'enregistrements de nos conversations avant qu'il ne commence à faire des révélations à la presse!".

"Il (James Comey, ndlr) était trop gentil avec Hillary Clinton, il lui a fait une concession que personne n'avait jamais faite à personne", a souligné M. Trump.

Mais M. Trump a ensuite brutalement changé de version en affirmant qu'il avait de toute façon l'intention de se séparer du premier policier des Etats-Unis.

"Une histoire inventée", selon M. Trump.

Le renvoi du directeur du FBI a soulevé une vague de protestations de la part des Démocrates au Congrès américain, qui considèrent cette démarche de Donald Trump comme une tentative de saper l'enquête sur ses éventuels contacts avec la Russie pendant la campagne électorale.

Il a aussi sommé sur Twitter l'ex directeur du FBI de se taire, de ne pas faire fuiter d'informations sur son limogeage.

Interrogé vendredi sur l'existence ou non d'un système d'enregistrement des conversations privées du président, comme semble l'indiquer le tweet de Donald Trump, le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer a répondu d'une phrase laconique: "Le président n'a rien d'autre à ajouter".

Il a d'ailleurs prévenu qu'il pourrait supprimer le point de presse quotidien de la présidence, une institution pour les médias américains et internationaux, suivi en direct à la télévision bien au-delà de Washington.

Se décrivant comme un "président très actif", l'homme d'affaires a concédé vendredi que ses substituts ne pouvaient pas toujours être parfaitement précis sur le podium.

Samedi, il enfonce le clou sur FoxNews: "Nous n'aurons plus de conférences de presse à moins que je les fasse moi-même toutes les deux semaines. Le tweet parle de lui-même", a-t-il encore dit. Sur la radio publique NPR, il a appelé Donald Trump à passer "plus de temps à répondre à la crise de confiance du public" envers la classe politique et les institutions plutôt que de l'alimenter.


À quoi sert un directeur du FBI — Crise Trump-Comey