Samedi, 19 Août 2017
Dernières nouvelles
Principal » Outre Sarnez, Hortefeux et Lavrilleux concernés par l'enquête — Assistants d'eurodéputés

Outre Sarnez, Hortefeux et Lavrilleux concernés par l'enquête — Assistants d'eurodéputés

31 Mai 2017

Le Front national fait en effet l'objet d'une information judiciaire depuis décembre pour des soupçons d'emplois fictifs d'assistants d'eurodéputés FN, pour un préjudice potentiel évalué par le Parlement européen à près de cinq millions d'euros.

La ministre chargée des Affaires européennes, Marielle de Sarnez, s'est défendue mardi de toute irrégularité dans l'emploi d'une assistante parlementaire en tant que députée européenne, après des révélations du journal Le Parisien sur une lettre de dénonciation d'une élue du Front national.

Marielle de Sarnez est monté au créneau pour se défendre.

Les cas signalés par Mme Montel dans un signalement le 14 mars au parquet de Paris concernent des personnes qui "étaient des militants politiques en même temps que des assistants parlementaires, ce qui n'a évidemment rien d'illégal, car ce n'est absolument pas interdit par le droit français, mais nous avons considéré que nous devions déposer ces signalements au motif que nous n'acceptons pas le deux poids deux mesures", a affirmé l'eurodéputée dans un entretien à France 3 Franche-Comté. Dans un communiqué publié sur Twitter, la nouvelle ministre a justifié le travail effectué par sa collaboratrice. "Etant par ailleurs élue locale, sa situation a été déclarée et vérifiée par le Parlement européen", déclare-t-elle.

Elle a par la suite annoncé qu'elle saisissait "le procureur de la République d'une plainte en dénonciation calomnieuse" contre Sophie Montel. L'élue frontiste avait demandé à la justice de se saisir du cas de 19 eurodéputés de droite, de gauche et écologistes, parmi lesquels Marielle de Sarnez, et d'une trentaine d'assistants.

D'après Le Parisien, c'est le contrat de Philippine Laniesse qui pose question. Selon nos informations, l'ex-ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie, l'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, et le directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, Jérôme Lavrilleux, font partie des 19 députés visés par une enquête préliminaire du parquet Paris pour "abus de confiance", ouverte le 22 mars dernier après des dénonciations d'une eurodéputée FN. Marine Le Pen, la présidente du FN, elle aussi soupçonnée d'avoir fait salarier par le Parlement européen des assistants qui travaillaient en réalité pour le FN, est pour sa part visée par une procédure de levée d'immunité parlementaire. "Il faut lever tout doute sur cette dénonciation, dont je suis convaincu qu'elle est calomnieuse parce que la différence (avec le FN-NDLR), c'est qu'on n'a pas des gens qui travaillaient pour un appareil politique. On a des gens qui travaillaient en circonscription électorale".


Outre Sarnez, Hortefeux et Lavrilleux concernés par l'enquête — Assistants d'eurodéputés