Lundi, 23 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Un tour de France des candidats au dérapage — FN

Un tour de France des candidats au dérapage — FN

08 Juin 2017

De nombreux cas relevés par Buzzfeed sont toutefois nouveaux, souvent focalisés sur l'islam, comme Christophe Versini (15e circonscription de Paris) pour qui "l'ennemi, c'est l'islam".

Claudie Cheyroux, candidate FN dans les Pyrénées-Atlantiques, a partagé sur son profil Facebook un dessin sur lequel sont énumérées "Les richesses que l'islam nous apporte": "le viol", "la décapitation", "la pédophilie", "les meurtres religieux", etc. "Cette image résume explicitement (...), des pratiques et des faits malheureusement indiscutables (.)", a-t-elle écrit.

Après la défaite de Marine Le Pen à la présidentielle, Christelle de L'Epinois (3e Aude) s'en prend elle aux Français, "ces gros connards qui veulent des portes blindées et alarmes au domicile mais pas de frontières à leur pays".

Interpellés sur cet article, le secrétaire général du FN, Nicolas Bay, a dit que les candidats du FN "disent un certain nombre de vérité".

Seize exclusions avaient ainsi été prononcées à l'issue des départementales de 2015.

Par rapport au "remplissage" de 2012, selon le mot d'un dirigeant, le FN souhaitait passer en 2017 au "qualitatif", à savoir présenter des candidats non seulement "partout" mais qui en plus soient "excellents", affirmait Jean-Lin Lacapelle, responsable de la commission d'investiture.

Sur les 573 candidats FN investis pour les législatives, 97 ont fait l'objet d'un article du site Buzzfeed, recensant leurs propos controversés qu'ils ont tenus sur plusieurs années.

Ainsi, Alain Avello, candidat FN-RBM de la 4e circonscription de Loire-Atlantique, va jusqu'à proposer à un de ses contacts sur Facebook d'"essayer la zoophilie" avec Christiane Taubira. Des propos qui peuvent être, selon lui, "maladroitement exprimés, sortis de leur contexte, relever de l'humour pas toujours de très bon goût, mais des propos ne sont pas suffisamment graves pour qu'on retire la confiance à nos candidats". "Il n'y a pas de place pour l'ambiguïté", a insisté le sénateur-maire FN de Fréjus (Var). Malgré cela, l'édile frontiste assure que "quand il y a des bêtises qui sont dites, des choses inadéquates qui sont écrites, il y aura sanction, ça c'est extrêmement clair".


Un tour de France des candidats au dérapage — FN