Samedi, 19 Août 2017
Dernières nouvelles
Principal » Le témoignage accablant de l'ancien directeur du FBI contre Donald Trump

Le témoignage accablant de l'ancien directeur du FBI contre Donald Trump

14 Juin 2017

"Nous savons nous battre mieux que quiconque et nous n'abandonnons jamais, jamais", a encore dit le président américain. "Ce sont des mensonges, purs et simples ".

Les faits que M. Comey a défendus jeudi devant les membres de la Commission du renseignement étaient en grande partie contenus dans le document écrit qu'il avait fait rendre public la veille, mais aussi dans la masse quotidienne de reportages incriminants diffusés ces derniers mois par les médias américains - pas toujours exacts, a par ailleurs souligné M. Comey - à la faveur de fuites qui mettent chaque fois M. Trump dans tous ses états.

Le président a toutefois souligné qu'il y avait eu un "fuiteur", laissant transparaître un certain dédain pour l'ancien directeur du FBI qu'il a brusquement limogé le mois dernier.

"Malgré tant de faux témoignages et de mensonges, confirmation totale et complète [de ma version des faits].et WOW, Comey est une balance!", a tweeté Donald Trump le 9 juin. Et que le président, dans sa lettre de limogeage, avait lui-même évoqué ses conversations avec l'ex-chef de la police fédérale. James Comey a également expliqué qu'il avait commencé à prendre des notes sur ses interactions avec Donald Trump à cause notamment de la "nature" du président: "Je craignais honnêtement qu'il puisse mentir sur la substance de nos rencontres et j'ai pensé qu'il était vraiment important que je les documente". Comey, le visage fermé et mitraillé par les photographes, doit d'abord lire une déclaration liminaire, déjà publiée mercredi, dans laquelle il a raconté que le dirigeant américain lui avait demandé d'abandonner l'enquête sur l'un de ses proches, le général Michael Flynn, ce qui représente pour certains élus d'opposition une tentative d'entrave à la justice.

"Mon bon sens me disait qu'il voulait quelque chose en échange de m'accorder ma demande de rester à mon poste", a-t-il dit, alors que son mandat courait jusqu'en 2023. "Mais je n'ai pas dit cela", a déclaré Donald Trump dans les jardins la Maison Blanche, à Washington.

"Nous allons nous battre et gagner", a-t-il affirmé lors d'une allocution lors d'un sommet rassemblant des gouverneurs et des maires, alors que l'audition de James Comey devant le Sénat se poursuivait. Les critiques et les accusations fusaient de partout: le président a limogé un chef du FBI qui supervisait une enquête sur de présumés liens entre ses proches et la Russie dans le cadre de la campagne présidentielle. "Il ne vous demande pas directement d'abandonner l'enquête ".

Il a refusé d'émettre un avis juridique, s'en remettant au procureur spécial Robert Mueller, comme lui ancien patron très respecté du FBI et qui a repris l'enquête sur la Russie. Mais il a tout de même interprété les paroles du président comme une instruction.

Après cette audition, l'avocat personnel de M. Trump, Marc Kasowitz, a affirmé: " Sur le fond comme sur la forme, le président n'a jamais dit à M. Comey "J'ai besoin de loyauté, je m'attends à de la loyauté". Tous portent à croire que le président s'est rendu coupable d'obstruction à la justice, dans une affaire qui vraisemblablement le rattrape.

Le président américain Donald Trump a accusé ce vendredi James Comey d'avoir fait fuiter des documents, donnant un aperçu de la stratégie de la Maison Blanche pour contenir le scandale, après le témoignage choc de l'ex-directeur du FBI. Les sénateurs républicains ont cependant vu une contradiction dans son témoignage.


Le témoignage accablant de l'ancien directeur du FBI contre Donald Trump