Jeudi, 19 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Démission des deux chefs de cabinet de Theresa May — GB

Démission des deux chefs de cabinet de Theresa May — GB

15 Juin 2017

Le chef du gouvernement irlandais, qui doit laisser sa place à son successeur la semaine prochaine, a prévenu Mme May que 'rien ne doit remettre en cause l'Accord du Vendredi saint' qui a mis fin en 1998 à 30 ans de violences en Irlande du nord.

L'ancien Premier ministre conservateur John Major a lui aussi exprimé ses inquiétudes, estimant que le gouvernement "ne sera pas considéré comme impartial" en Irlande du Nord s'il s'allie avec le DUP. De son côté, la dirigeante du parti conservateur écossais a également appelé Mme May à envisager le Brexit autrement. Trois raisons au moins peuvent expliquer ce blocage.

"Je vous ai mis dans ce pétrin, je vais vous en sortir", a-t-elle martelé lundi 12 juin face aux députés conservateurs, tentant ainsi de "désamorc [er] la fronde des députés" tories qui couve depuis les résultats du 8 juin [Le Monde].

La Première ministre britannique Theresa May poursuivait mercredi les négociations pour retrouver la majorité absolue au Parlement et respecter le calendrier du Brexit, mais aucun accord ne devait être annoncé dans l'immédiat en raison d'un incendie meurtrier à Londres. Mais ce scrutin s'est soldé par un revers pour les Conservateurs.

Le ministre de la Défense Michael Fallon s'est lui aussi voulu rassurant sur les implications de nouvelles alliances, nécessaires après la perte de la majorité absolue. "Avant de rectifier sa position dans la nuit, indiquant que Theresa May avait " discuté avec le DUP pour évoquer la finalisation d'un accord lorsque le parlement reprendra ses travaux la semaine prochaine ". Alors que Mme May doit rencontrer le président français Emmanuel Macron mardi à Paris, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, à Londres lundi pour rencontrer les nouveaux députés de son parti indépendantiste SNP, va appeler à une pause dans les négociations du Brexit.

"On a bien avancé [samedi], mais les discussions continuent", a affirmé à Sky News la chef du DUP, Arlene Foster.

D'après plusieurs médias britanniques, des poids lourds du parti tory ont réclamé leur tête à Theresa May si celle-ci ne voulait pas risquer d'être mise elle-même sur la sellette. "Etre un leader politique - en particulier d'un parti progressiste et libéral en 2017 - et vivre comme un chrétien engagé en s'en tenant fidèlement aux enseignements de la Bible est devenu impossible pour moi", a écrit ce chrétien évangélique dans un communiqué après avoir été critiqué, au sein même de son parti, pour ses prises de position sur l'homosexualité. En effet, ceux que la BBC nomme les "faiseurs de roi" sont très contestés pour leur opposition à l'avortement et au mariage homosexuel.

Dimanche, le Premier ministre irlandais Enda Kenny avait fait part de sa "préoccupation" devant le projet d'alliance. Une pétition dénonçant une 'tentative désespérée et choquante pour rester au pouvoir' avait recueilli plus de 680'000 signatures dimanche après-midi. Ils savent aussi que le successeur de Theresa May devrait se présenter devant les électeurs plus ou moins rapidement. Les unionistes veulent maintenir une frontière fluide entre l'Irlande du nord et la République d'Irlande. Philippe Moreau-Defarges, politogue, estime sur franceinfo dimanche qu'elle va devoir céder sur sa ligne du Brexit dur. Et d'ajouter: "Or, si Theresa May va vers un Brexit dur, il y aura sans doute une frontière physique entre l'Ulster et l'Eire". Rappelons que la croissance du PIB britannique au 1er trimestre n'a été que de 0,2% soit le plus faible niveau de progression de l'ensemble des pays du G7, à égalité avec l'Italie et derrière la France (0,4%), l'Allemagne (0,6%) ou encore le Canada (0,9%).


Démission des deux chefs de cabinet de Theresa May — GB