Jeudi, 19 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Son agresseur placé en garde à vue ce matin — NKM

Son agresseur placé en garde à vue ce matin — NKM

18 Juin 2017

Il a été placé en garde-à-vue ce samedi 17 juin. Pendant que les apprentis philosophes phosphoraient sur ce texte d'Émile Durkheim, Nathalie Kosciusko-Morizet gisait inconsciente sur l'asphalte d'un marché bourgeois du Ve arrondissement de Paris. Le suspect a été placé en garde à vue à 8h30, précise à l'AFP une source proche du dossier "pour des faits de violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public".

La radio RTL croit connaître l'identité de l'agresseur: il s'agirait selon elle du maire d'une commune de l'Eure.

M. Le Gendre a annoncé avoir 'suspendu' sa campagne, après l'agression.

À l'occasion de la dernière présidentielle, il faisait partie des 33 élus qui avaient parrainé la candidature de Henri Guaino; ce dernier a affronté NKM lors des législatives dans la 2e circonscription de Paris.

Electron libre dans sa famille politique et ambitieuse assumée, Nathalie Kosciusko-Morizet, 44 ans, s'est fait remarquer par ses positions iconoclastes et son franc-parler. L'individu lui a d'abord arraché les tracts des mains, en s'écriant "C'est votre faute si on a Hidalgo aujourd'hui comme maire". Suivi dans le métro par un bénévole de l'équipe de campagne, Jean-Baptiste Goulard, l'homme a été pris en photo.

NKM avait chuté et perdu connaissance plusieurs minutes, sous une forte chaleur. Se tenant la tête, elle a été installée dans leur camion et conduite à l'hôpital Cochin. Transporté à l'hôpital Cochin, elle souffre d'un traumatisme crânien bénin, selon des sources médicales. "Je vais mieux. J'ai besoin encore de quelque temps pour récupérer", a-t-elle déclaré à sa sortie, remerciant le personnel de l'hôpital et les personnes qui lui ont apporté leur soutien. "En particulier le premier ministre qui s'est déplacé, et le président de la République, qui m'a envoyé un message".

Les réactions politiques avaient rapidement afflué, de tous bords.

Nathalie Kosciusko-Morizet souhaitait mettre à profit ses derniers instants de campagne, avant le second tour des élections législatives ce dimanche.

"Je condamne avec la plus grande fermeté l'agression dont a été victime".

Ça va très très vite, moi je suis assez loin donc je ne réalise pas tout de suite ce qui est en train de se passer.


Son agresseur placé en garde à vue ce matin — NKM