Mercredi, 20 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Au moins 62 morts dans l'incendie de forêt — Portugal

Au moins 62 morts dans l'incendie de forêt — Portugal

22 Juin 2017

Alors qu'une épaisse fumée continue à se dégager des forêts, un avion Canadair s'est écrasé ce mardi dans le centre du Portugal.

Au moins 18 personnes ont péri de cette façon sur la route reliant Figueiro dos Vinhos à Castanheira de Pera, la N-236, selon le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Jorge Gomes.

La protection civile espagnole a affirmé à l'AFP qu'aucun Canadair envoyé par l'Espagne n'avait eu d'accident.

Sous une chaleur caniculaire, le feu se poursuivait dans la soirée sur quatre fronts, dont un d'une grande violence, selon les autorités, et plus de 900 pompiers et 280 véhicules étaient toujours à pied d'oeuvre pour combattre le sinistre, le plus meurtrier de l'histoire récente du Portugal.

"Nous avons une situation grave, qui pourrait devenir gravissime", a déclaré la maire de Gois, Lurdes Castanheira, qui craint que les flammes ne "menacent la population ". Vingt-sept hameaux de la commune ont dû être évacués, dont une maison de retraite, ainsi que 13 autres à l'est de Pedrogao Grande. Parmi elles, beaucoup de familles de retour de baignade dans une rivière. La majorité des victimes déjà identifiées "sont mortes dans leur maison, qu'elles n'avaient pas abandonnée à temps", a souligné le Premier ministre Antonio Costa, appelant à respecter les ordres d'évacuation.

Une survivante a raconté à la télévision que les gendarmes avaient eux-mêmes dirigé une partie des personnes en fuite vers cet axe en proie aux flammes, alors qu'elles essayaient de rejoindre une voie express toute proche, la route IC8. Ils disent qu'ils ont des tuyaux d'arrosage et de l'eau.

" Quand nous sommes arrivés au niveau de l'IC8, les militaires ne nous ont pas laissé passer".

Les funérailles de six des victimes étaient prévues mardi soir près de la zone touchée par la catastrophe. Les critiques se multipliaient aussi dans les bourgades, où des habitants se plaignent de ne pas avoir reçu assez de secours. "Ils veulent la protéger, et nous sommes là pour sauver les gens s'il le faut", explique un pompier volontaire venu de Lisbonne, adossé contre un muret après le passage du feu.

A Carreira, Jose Antonio Jesus Marques, 66 ans, estime que les autorités locales devraient "mettre un véhicule de pompiers " en permanence dans les petites localités.

Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa s'est également rendu sur place dans la nuit de samedi à dimanche et a présenté ses condoléances aux familles des victimes, "partageant leur douleur, au nom de tous les Portugais".

L'omniprésence au Portugal de ces arbres, hautement inflammables, alimentait d'ailleurs la controverse.

En brûlant, ils peuvent "projeter des écorces à une distance de deux kilomètres", explique l'expert.

Relativement épargné en 2014 et 2015, le pays avait été durement touché l'an dernier par une vague d'incendies qui avaient dévasté plus de 100'000 hectares sur son territoire continental.


Au moins 62 morts dans l'incendie de forêt — Portugal