Mercredi, 20 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » France, attaque Champs-Elysées: "préparation indiscutable d'une action violente"

France, attaque Champs-Elysées: "préparation indiscutable d'une action violente"

24 Juin 2017

"Dans " une lettre testament " expédiée " à des proches par la Poste le 19 juin ", Adam D. a déclaré " avoir voulu rejoindre la Syrie ", " déplorant en avoir été empêché par des apostats contre l'État islamique ", a déclaré François Molins.

Pour expliquer la présence de stock d'armes découvert au domicile du suspect, ce dernier aurait réussi à constituer un tel arsenal en jouant un "double jeu".

Lundi, peu avant 16h00 (14h00 GMT), Adam Djaziri n'a pas fait d'autre victime que lui-même quand il a foncé contre un véhicule de gendarmerie, deux mois après l'assassinat d'un policier par un jihadiste, déjà sur les Champs-Elysées.

Après avoir été extrait du véhicule par les forces de l'ordre, l'assaillant a succombé peu après d'un "arrêt cardio-respiratoire", probablement causé par "un effet de souffle" et par "l'inhalation de fumées", a-t-on appris mardi de source proche du dossier.

Si sa détermination semble intacte, son passage à l'acte suscite néanmoins de nombreuses questions.

Pendant toutes les opérations de secours et de bouclage du périmètre, l'adjudant-chef David n'a pas eu le temps d'apercevoir les 8 700 munitions, les deux bouteilles de gaz, le fusil d'assaut et les armes de poing qui étaient à l'intérieur de la voiture.

Le stock d'armes de ce Français de 31 ans témoigne de la "préparation indiscutable d'une action violente", explique François Molins. Neuf étaient connues des autorités, dont trois de catégorie B, soumises donc à autorisation - des pistolets Sig-Sauer 9mm et Glock 9mm ainsi qu'un fusil de type kalachnikov.

Un arsenal impressionnant a été découvert dans la voiture d'Adam Djaziri. Il avait alors été "repéré dans un appartement où il y avait des armes et des gens proches de la mouvance jihadiste", selon une source proche du dossier.

Ce débat intervient alors qu'un projet de loi antiterroriste doit être présenté cette semaine en Conseil des ministres, pour prendre le relais de l'état d'urgence. "Ce n'est pas une procédure habituelle, donc je présume qu'ils avaient de bonnes raisons", a-t-il ajouté.

Il avait fait une demande de renouvellement de son autorisation en février 2017.

Dans la foulée, l'ex-épouse, le frère et la belle-sœur ainsi que le père d'Adam Djaziri ont été interpellés lors de perquisitions au domicile de cette famille, décrite comme salafiste, au Plessis-Pâté, petite commune à une trentaine de kilomètres au sud de Paris, selon cette source.

"On pouvait voir en les croisant dans la rue qu'ils avaient une pratique religieuse très rigoureuse", a déclaré à l'AFP le maire de la commune, Sylvain Tanguy, parlant d'une "famille très discrète, qui ne sortait pas beaucoup et n'a jamais fait parler d'elle".


France, attaque Champs-Elysées: