Mercredi, 20 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Emplois du MoDem le parti voulait "recaser un maximum de salariés"

Emplois du MoDem le parti voulait "recaser un maximum de salariés"

26 Juin 2017

Dans une interview au journal Sud-Ouest, François Bayrou explique que le MoDem a placé certains de ses employés auprès de parlementaires européens lors d'une " période de mauvaise passe ", tout en dénonçant une affaire infondée.

Le 9 juin, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "abus de confiance" et "recel" de ce délit.

Que reproche-t-on au MoDem? Dans un article publié jeudi, Le Monde rapportait que le parti centriste avait utilisé les fonds européens comme " financement d'urgence " en 2009, après le revers électoral enregistré aux législatives de 2007. Seuls trois députés sont alors élus au Palais-Bourbon, faisant fondre la dotation publique. "J'ai vu que des parlementaires, à plusieurs, finançaient des temps partiels d'assistants parlementaires qui ne fournissaient aucun travail pour le député", explique cet ancien collaborateur parlementaire qui a passé cinq ans au Parlement européen, entre 2004 et 2009.

Des avenants sont alors signés pour faire basculer des permanents du MoDem sur des postes d'attachés parlementaires européens. Au total, une quinzaine de contrats litigieux ont été recensés par des médias, dont Radio France et Libération.

Que dit le témoin qui s'est confié à franceinfo?

Dans sa prise de parole, l'ex ministre de la justice et futur maire de Pau s'en est pris à la presse. "Les temps partiels financés par l'Europe servaient les ambitions de François Bayrou", a...

Si une dénonciation anonyme et non-fondée, reprise dans cette cocotte-minute que constituent réseaux sociaux, justice et médias, suffit à provoquer de telles vagues, comment se défend-on? Je répète ma formule: "l'emploi au Modem a été normal, régulier et légal", a-t-il martelé. "Les parlementaires, conscients du risque juridique, réclamaient avec beaucoup de difficultés que l'assistant, de temps en temps, se manifeste, transmette une note sommaire sur un sujet ou une petite revue de presse, qui permettrait d'apporter une preuve qu'un travail a bien été effectué, au cas où il y aurait des contrôles". L'ancien assistant parlementaire précise que certains eurodéputés centristes se plaignaient de ne pas pouvoir disposer de ces assistants qui étaient pourtant censés être à leur service.