Vendredi, 28 Juillet 2017
Dernières nouvelles
Principal » François Bayrou peut-il rester ministre — Couac au gouvernement

François Bayrou peut-il rester ministre — Couac au gouvernement

27 Juin 2017

M. Bayrou a défendu sa "liberté de parole" au sein du gouvernement. Sur fond d'affaire des assistants parlementaires du Modem, Edouard Philippe et François Bayrou se parlent par médias interposés et révèlent des différences d'appréciation sur l'attitude que peut ou non adopter un membre du gouvernement.

Appeler quelqu'un trop tard le soir, sur son téléphone privé, voilà qui justifie, pour le ministre, un coup de fil de remontrance. Quand il dit 'je ne mettrai pas un bâillon', en gros il fait comprendre qu'il continuera à s'exprimer. "Je dis simplement aux fonctionnaires qu'ils doivent être respectés, mais que pour être respectés, ils doivent aussi respecter les obligations qu'il leur échoit par le statut de fonctionnaire", a martelé le Premier ministre.

Bayrou et les pressions sur les journalistes qui enquêtent sur le Modem, suite. "Mais si vous avez des intérêts dans une entreprise, ou si vous êtes le conseiller rémunéré d'une branche d'activité, vous ne pourrez ni porter un texte, ni participer au vote", explique François Bayrou. Le garde des Sceaux ajoute qu'il étudie, avec ses avocats, la possibilité d'une qualification de harcèlement.

L'exécutif devrait disposer à l'Assemblée nationale d'une majorité écrasante pour faire passer ses lois, mais réformer la Constitution reste politiquement plus délicat, puisqu'il faut obtenir une majorité des deux tiers de l'ensemble du Parlement, réuni en congrès à Versailles. En tout cas, pas maintenant. "François Bayrou fait de la vieille politique ", juge un proche du président de la République. Vous mêlez les trois, c'est exactement le cocktail qu'Emmanuel Macron ne voulait plus voir à l'Elysée.

Le garde des Sceaux a été l'un des principaux artisans du projet de loi sur la moralisation, dont il avait d'ailleurs fait une condition de son ralliement à Emmanuel Macron lors de la campagne pour la présidentielle. Il a fixé des règles, et ces règles sont outrepassées.

" Personne ne lui reprochera, ni pour lui ni pour aucun ministre, de dire ce qu'il pense". On n'est pas dans une fronde idéologique où François Bayrou contesterait la politique du président.

"Le président de la République doit nous dire aujourd'hui si le Premier ministre a vraiment de l'autorité et il doit nous dire si on s'est trompé".

Bayrou est un cas particulier. Les soupçons d'emploi fictifs qui pèsent sur les assistants parlementaires européens du Modem, son parti, compliquent la vie du nouveau pouvoir. Si le Conseil d'État a validé l'essentiel des propositions, il a tout de même émis un avis défavorable sur un volet du projet de loi, remettant en cause la légitimité de la création d'une banque publique pour le financement des partis politiques.


François Bayrou peut-il rester ministre — Couac au gouvernement