Samedi, 18 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » "En finir avec l'addiction à la dépense publique" — Édouard Philippe

"En finir avec l'addiction à la dépense publique" — Édouard Philippe

06 Juillet 2017

Est-elle viable? Eléments de réponse. Si Emmanuel Macron a fixé hier "le cap", au Premier ministre, donc, d'annoncer la méthode et le calendrier.

Les collectivités locales ont exprimé leur inquiétude devant la réforme de la taxe d'habitation portée par M. Macron.

L'ISF s'appliquera bien " au seul patrimoine immobilier ", a indiqué le Premier ministre.

Dans son discours de politique générale à l'Assemblée nationale, le Premier ministre a annoncé mardi plusieurs mesures d'économies sous forme de reports d'allègements fiscaux.

En 2022, le taux d'impôt sur les sociétés sera abaissé de 33% à 25%.

Autre réforme phare renvoyée à 2019: la transformation du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) en allègement de charges, réclamée de longue date par le patronat, mais compliquée à mettre en œuvre, en raison de la facture astronomique qui résultera de l'année de transition. Reste à savoir qui sera touché et quel montant pourra être économisé. La réforme de la taxe d'habitation, qui doit aboutir à sa suppression pure et simple pour 80 % des contribuables, devait initialement s'étaler entre 2018 et 2020. "Le CICE sera transformé en un allègement de charges, qui seront nulles au niveau du Smic".

Reprenant une promesse du programme présidentiel d'Emmanuel Macron, le Premier ministre a annoncé à l'horizon 2018 la suppression du régime social des indépendants (RSI) que "nous adosserons au régime général".

- Fiscalité écologique: Afin d'arriver à la neutralité carbone d'ici 2025, la France n'attribuera plus "de nouveaux permis d'exploration d'hydrocarbures".

Plus largement, la baisse de la pression fiscale d'un point de PIB, soit plus de 20 milliards d'euros, sur l'ensemble du quinquennat aura lieu. "La France ne peut demeurer la championne des impôts et des dépenses publiques", affirme-t-il. Il s'est ainsi engagé à " faire baisser la dépense publique de trois points de PIB sur cinq ans", ajoutant que la France ne " dépenserait pas plus en 2018 qu'en 2017 ". Il a d'ailleurs pris l'engagement de ne pas dépasser, cette année, les 3 % de PIB de déficit budgétaire.

"Le président de la République ne dira rien de plus que pendant la campagne présidentielle et législative", a estimé Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI qui ne se rendra pas à Versailles et qui qualifie l'initiative de "mauvaise manière" faite à Édouard Philippe, Premier ministre venu des rangs de LR.

Pour l'économiste Eric Heyer, cette coupe à prévoir s'apparente tout de même "à une légère austérité, avec tous les risques sur la croissance que cela comporte".