Lundi, 20 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Pécresse ne veut pas "participer à une guerre des chefs" — Présidence LR

Pécresse ne veut pas "participer à une guerre des chefs" — Présidence LR

10 Juillet 2017

Une annonce qui sonne comme son retrait de la course pour la présidence du parti Les Républicains, où elle était un temps pressentie pour s'opposer à Lauret Wauquiez, le seul candidat pressenti comme postulant à la tête du parti.

"Je ne participerai pas à une guerre des chefs à l'automne, parce qu'elle serait stérile tant que la question de la ligne n'est pas tranchée", affirme la présidente de la région Ile-de-France dans cet entretien au Journal du Dimanche, assurant qu'elle ne se "bat pas pour un poste" mais pour ses "idées".

Elle annonce ainsi la création d'un mouvement au sein du parti: "la bonne stratégie pour regagner la confiance des électeurs", c'est "plutôt d'incarner une droite authentique: ni soumise à Macron ni poreuse avec le FN". Une droite bien dans ses valeurs, mais aussi bien dans son époque. Une droite qui ose le mot écologie; qui soit laïque; une 'droite de la preuve' qui innove dans les territoires. Opposé à la ligne droitière incarnée par Laurent Wauquiez, le président des Hauts-de-France voyait en son homologue d'Ile-de-France le profil parfait pour représenter l'aile modérée de la famille. Puis, après avoir plaidé pour un report du congrès de LR - "ce serait, en effet, logique qu'on se mette d'accord sur une ligne qui nous unit avant de choisir un leader" -, Valérie Pécresse dévoile ses intentions. "Or, je pense que si nous avons perdu la présidentielle, ce n'est pas seulement sur la question de l'exemplarité ou à cause de la guerre des chefs, mais aussi parce que nous avions un problème de ligne", explique-t-elle. J'ai vécu Copé-Fillon de l'intérieur. "Nous aurons tous perdu si nous nous déchirons. (.) Quelles que soient ses failles (.) Emmanuel Macron sera toujours plus rassembleur qu'une droite recroquevillée sur sa frange conservatrice".

Sur cette question de la ligne du parti, elle déplore que "certains veulent un retour à la ligne Buisson, celle qui nous a fait perdre en 2012", estimant que, "derrière, il y a la tentation d'un rapprochement avec l'extrême-droite". "Nous verrons ensuite si nos idées sont majoritaires", poursuit-elle. C'est dans cette optique qu'elle annonce vouloir lancer un mouvement au sein du parti Les Républicains: "J'ai décidé de créer un mouvement d'idées qui, à ce stade, se situe au sein des Républicains".

Valérie Pécresse dépose les armes avant d'avoir mené le combat. Libres! serait un bon nom. Soyonslibres.fr sera notre site.


Pécresse ne veut pas