Mercredi, 20 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Demandeurs d'asile et réfugiés : la France va créer 12.500 places d'accueil

Demandeurs d'asile et réfugiés : la France va créer 12.500 places d'accueil

13 Juillet 2017

"40% des demandeurs d'asile n'ont pas accès au logement", s'est lamenté Edouard Philippe qui n'a pas dit un mot des Français vivant à la rue ou dans des taudis et qui mériteraient en priorité l'attention du gouvernement français.

Le premier ministre a donc présenté un "plan immigration" qui comporte à la fois des mesures d'urgence et des réformes sur le long terme, dont certaines seront rassemblées dans un projet de loi présenté à l'automne.

Parallèlement, le chef de gouvernement a confirmé son intention de vouloir raccourcir les délais de traitement des demandes d'asile, qu'il souhaite voir passer de 14 à 6 mois.

- Le doublement progressif des quotas d'heures de français (200 actuellement) proposées aux réfugiés. Pour s'y faire, les moyens de l'Ofpra doivent être augmentés, sans que l'on connaisse encore le montant de la hausse et le mode de financement. "Nous devons améliorer ces chiffres qui ne sont pas satisfaisants", a-t-il martelé. Cela suppose de compresser les délais d'enregistrement et de convocation, mais aussi de "réformer les plateformes de premier accueil et les guichets" en préfecture où commence la procédure, a indiqué le Premier ministre.

Pour le moment, Édouard Philippe précise ne pas avoir calculé le coût de ce "plan migrant".

En ce qui concerne les mineurs non accompagnés, le plan promet un " plan d'action spécifique " à la rentrée 2017. C'est ce qu'avait demandé Anne Hidalgo dans sa proposition de loi pour l'accueil et l'intégration des réfugiés.

Un délégué interministériel pour l'intégration des réfugiés sera par ailleurs nommé.

Mais le gouvernement enfonce le clou sur la distinction réfugiés/migrants économiques, qui inquiète les associations. Des annonces à forte charge symbolique ont donc été lancées: les personnes déboutées feront " systématiquement l'objet d'une mesure d'éloignement " dès le rejet de leur demande d'asile - une mesure compliquée, alors que sur 91 000 étrangers en situation irrégulière interpellés en 2016, seuls 25 000 ont quitté le territoire.


Demandeurs d'asile et réfugiés : la France va créer 12.500 places d'accueil