Lundi, 20 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Des coups de feu attendus dans la nuit de vendredi — Côte d'ivoire

Des coups de feu attendus dans la nuit de vendredi — Côte d'ivoire

16 Juillet 2017

Le calme serait revenu samedi matin, selon les riverains de camps, repris par des médias.

" Dans la nuit du 14 au 15 juillet, quelques soldats ont cru devoir exprimer des récriminations en se servant de leurs armes dans la commune d'Abobo (quartier populaire d'Abidjan) et dans la ville de Korhogo", a-t-il ajouté dans un communiqué. "Rien à signaler à Abidjan " et les militaires impliqués dans les incidents " ont été dispersés ".

Des tirs nourris ont été entendus a Abidjan et a Korogho dans la nuit de vendredi à samedi.

Les corps des victimes ont été déposés à la morgue de Korhogo, a rapporté un correspondant de l'AFP.

"Sont-ils des assaillants ou des vrais militaires je ne peux vous le clarifier", a-t-on ajouté. "Il y a eu beaucoup de tirs à l'intérieur de l'ancien camp de l'Onuci (Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire) occupé actuellement par des militaires", a raconté un habitant d'Abobo, joint au téléphone par l'AFP. "On était couché quand les tirs ont commencé".

L'Agence de Presse Africaine, APA, fait état de ce que ces tirs ont été perpétrés (à Abidjan) par des individus armés de kalachnikovs qui s'en prenaient aux personnes, notamment aux policiers, arrachant des véhicules et des téléphones portables de certains agents de la police. Il était 01h30 (locales et GMT). "On ne sait pas ce qui se passe", a confié un habitant.

Selon une source proche de l'armée ivoirienne, "ce sont des éléments du contingent 2600 de l " ex rébellion des Forces nouvelles qui sont à la base de ces mouvements d'humeur dont jusque-là, les motivations demeurent inconnues", selon une source sécuritaire.

La Côte d'Ivoire a été au cours des derniers mois le théâtre de mutineries de la part de soldats réclamant le versement de primes.

Ils ont réussi à obtenir des primes de 12 millions de FCFA chacun, soit 18 000 euros. Le pays était coupé en deux entre les rebelles des Forces nouvelles occupant le nord et l'armée régulière qui avait la maitrise du sud.


Des coups de feu attendus dans la nuit de vendredi — Côte d'ivoire