Mercredi, 23 Août 2017
Dernières nouvelles
Principal » Le FMI décaisse la première partie des fonds — Relance économique

Le FMI décaisse la première partie des fonds — Relance économique

05 Août 2017

Les services du FMI ont achevé, ce 2 août, une mission de passage en revue de l'évolution de la situation économique du pays. "Cependant, les entraves structurelles de l'économie continuent de peser sur les exportations", explique-t-on.

En dépit de ces perspectives difficiles, le FMI a relevé certains signes laissant indiquer que l'économie a commencé à se stabiliser au premier semestre 2017. Le secteur pétrolier a bénéficié du redressement des prix énergétiques internationaux par rapport aux faibles niveaux enregistrés au début 2016. Les secteur commercial et des services sont en récession et les dépôts et les crédits au niveau des banques pour l'économie ont chuté', a souligné M. Segura-Ubiergo. En outre, d'autres secteurs liés aux ressources naturelles, comme par exemple les filières manganèse et bois et les activités agro-industrielles connaissent une croissance rapide, et les BTP semblent manifester plus de résilience que prévu.

Des données provisoires des registres des douanes indiquent que la croissance dans les industries extractives du Gabon ont stimulé les exportations de 38 pour cent sur l'ensemble de l'année en fin juin, alors que les importations ont chuté de 21 pour cent.

Des perspectives qui ont permis à la mission du FMI d'encourager les autorités gabonaises à mener des réformes pour accroître la mobilisation des recettes non pétrolières tout particulièrement sur le plan douanier où les résultats sont tout aussi décevants. Ainsi, "une plus grande mobilisation des recettes devrait aider à protéger les programmes essentiels de santé, d'éducation et de protection sociale en faveur des couches de populations démunie", a souligné Alex Segura-Ubiergo.

La mission du FMI estime en outre que les autorités tunisiennes ont déjà accéléré leur réaction aux tensions économiques. Y compris l'adoption de nouvelles procédures de dépenses et le renforcement des contrôles pour éviter le recours aux dépenses extra budgétaires. Des réformes additionnelles pour accroître l'efficience et la transparence des dépenses publiques seront également essentielles. Ce qui implique notamment le respect scrupuleux des règles budgétaires; l'amélioration des marchés publics afin de réduire les contrats de gré à gré; le recours accru aux études de faisabilité pour hiérarchiser les projets d'investissement public, et assurer une diffusion plus large de l'information économique.

"La mise en œuvre énergique des plans d'apurement des arriérés de l'État sera également vitale pour accroître la résilience du secteur financier". Dans le même temps, les réformes destinées à améliorer des affaires en appui à la stratégie de diversification devraient également être menées avec vigueur.

"L'équipe des services du FMI reviendra à Libreville en octobre pour mener les discussions relatives à la première revue de l'accord conclu avec le Gabon au titre du mécanisme élargi de crédit".

Au terme de sa visite de 8 jours au Gabon (26 juillet au 2 août), le chef de mission du Fonds monétaire international, Alex Segura-Ubiergo, a animé, hier, une conférence de presse en compagnie du ministre de l'Economie, Régis Immongault, et du futur représentant-résident du FMI au Gabon, Marcos Poplawski-Ribiero.

Durant son séjour à Tunis, la délégation du FMI avait eu des entretiens avec plusieurs responsables tunisiens, dont le ministre des Finances par intérim et ministre du Développement, le Directeur de cabinet du Chef du gouvernement et le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, ainsi qu'avec des représentants de l'Union générale tunisienne du travail, du monde universitaire et de la société civile.


Le FMI décaisse la première partie des fonds — Relance économique