Lundi, 23 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Faut-il s'inquiéter de l'escalade verbale de Donald Trump — Corée du Nord

Faut-il s'inquiéter de l'escalade verbale de Donald Trump — Corée du Nord

10 Août 2017

Son gouverneur Eddie Calvo a minimisé les menaces nord-coréennes mais souligné que le territoire était "prêt à toute éventualité". Ce qui met une bonne partie du continent américain à la portée du Nord.

Les sanctions de l'ONU pourraient coûter à ce pays 1 milliard de dollars de revenus annuels.

La Corée du Nord a accusé en outre les Etats-Unis de préparer une "guerre préventive". D'autres mesures sont nécessaires. Car la dictature ne tient pas secret son projet de développer un missile balistique intercontinental (ICBM) à tête nucléaire capable d'atteindre les Etats-Unis. Il a aussi essayé, en vain, de contraindre la Chine à gérer ce voisin menaçant.

Cette nouvelle escalade intervient quelques jours après l'adoption de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord. A l'heure actuelle, selon le rapport américain, la Corée du Nord détiendrait entre 30 et 60 nucléaires. Pékin est un allié traditionnel de la Corée du Nord.

Toutefois, ces vecteurs n'ont pas prouvé leur capacité destructrice et Guam est équipé d'un système anti-missiles THAAD, également déployé en Corée du Sud. Washington a exclu toute suspension du déploiement.

"Je ne pense pas que la péninsule coréenne soit face à une crise imminente", a déclaré le responsable à la presse, sous couvert d'anonymat. Le gouvernement Obama n'a jamais réclamé la reprise des pourparlers à six parrainés par la Chine.

Adoptant un ton nettement plus posé, le secrétaire d'État Rex Tillerson a rassuré mercredi les Américains qu'ils peuvent "dormir tranquilles" puisque Washington, en dépit de ces échanges incendiaires, ne perçoit "aucune menace immédiate". "Cela pourrait être satisfaisant au premier abord, mais cela nous entraîne dans la boue où nous devrions laisser Pyongyang se prélasser seul", a-t-il dit.

Onodera, qui vient d'être nommé au sein du gouvernement de Shinzo Abe après avoir déjà occupé ce poste de fin 2012 à septembre 2014, qualifie le danger nord-coréen de "majeur et imminent", reprenant une expression déjà utilisée par le passé. En effet, les États-Unis n'ont pas réussi à empêcher l'adhésion de la Corée du Nord au forum.

Une majorité de plus en plus grande d'américains considère que le programme nucléaire nord-coréen représente une menace envers les Etats-Unis, selon un dernier sondage.


Faut-il s'inquiéter de l'escalade verbale de Donald Trump — Corée du Nord