Lundi, 23 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Une voiture fonce sur des militaires à Paris : 6 blessés

Une voiture fonce sur des militaires à Paris : 6 blessés

10 Août 2017

L'auteur de l'attaque et son véhicule sont toujours recherchés. Cette attaque montre que le projet de loi de renforcement de la lutte contre le terrorisme, vivement contesté par les associations de défense des droits de l'homme et les magistrats, est "pleinement justifié", a-t-il ajouté, après s'être rendu au chevet de soldats.

Deux blessés sont dans un état sérieux même si leur pronostic vital n'est pas engagé, selon la préfecture de police de Paris. "Un acte délibéré", a assuré Gérard Collomb, précisant que la voiture a "accéléré à 5m des militaires pour les percuter". "Nous savons que c'est un acte délibéré, ce n'est pas un acte accidentel", note-t-il.

Pour échapper à son arrestation, le conducteur a percuté un ou plusieurs véhicules et les policiers ont alors fait feu, selon la source judiciaire.

Les militaires viennent du 35e régiment d'infanterie de Belfort.

La ministre des Armées a assuré que les soldats renversés par une voiture à Levallois-Perret ce mardi matin n'étaient pas gravement blessés.

L'attaque a eu lieu vers 08H00 (06H00 GMT) en plein centre de Levallois-Perret, selon la préfecture de police de Paris. Des témoins racontent avoir entendu "un énorme bruit".

L'opération sentinelle déploie des militaires sur le territoire, elle les expose donc nécessairement.

Samedi soir encore, peu avant minuit à la tour Eiffel, un homme a franchi un portique en bousculant un agent de sécurité, puis sorti un couteau en criant "Allah Akbar". Il est pour l'instant impossible de dire s'il s'agit d'un acte terroriste. Autant de problèmes qui fragilisent l'opération, accentuent sa vulnérabilité et affaiblissent son efficacité. Comme le chercheur Élie Tenenbaum, qui note: "Comme l'ont montré les incidents du Louvre, à Orly, et sans doute ce matin (hier - NDLR), c'est un dispositif de sécurité qui devient la cible en tant que tel". Face à la contestation interne, le gouvernement a dû, en 2016, revoir les missions: depuis, les patrouilles sont obligatoirement mobiles, et non plus statiques, pour ne pas en faire des cibles trop faciles.

C'est la sixième fois depuis les attentats de janvier 2015 que des militaires sont visés par une attaque.

Lundi, Mme Parly avait déclaré que l'opération Sentinelle resterait "en place tant qu'elle sera utile à la protection des Français", et sera prochainement adaptée "pour s'inscrire dans la durée".

■ Emmanuel Macron a annoncé le 20 juillet que l'opération Sentinelle serait révisée cet automne sur la base d'un rapport du chef d'état-major des armées (CEMA).


Une voiture fonce sur des militaires à Paris : 6 blessés