Mercredi, 23 Août 2017
Dernières nouvelles
Principal » Migrants : des ONG obligées de suspendre les sauvetages en mer

Migrants : des ONG obligées de suspendre les sauvetages en mer

14 Août 2017

En revanche "L'Aquarius" -navire affrété par SOS Méditerranée et MSF- se trouvait encore dimanche tout près des côtes libyennes au large de Tripoli, dans la zone Sar, selon un journaliste de l'AFP à bord. Il pouvait apercevoir non loin en milieu de journée le "C-Star", bateau affrété par le groupe d'extrême droite français "Génération identitaire".

"L'ONG continuera cependant à assurer la logistique et l'assistance sanitaire sur l'Aquarius de SOS Méditerranée, qui se trouve actuellement dans les eaux internationales, a-t-elle précisé samedi". S'il n'entend pas jeter l'éponge, l'équipage de l'Aquarius a décidé de rester sagement à 24 milles nautiques, bien au-delà de la limite de 12 milles des eaux territoriales libyennes.

Jeudi 10 août, la marine libyenne a annoncé, la création d'une zone de recherche et de sauvetage au large de ses côtes. Elle ne veut pas mettre en danger ses équipages après la décision de Tripoli d'interdire aux navires étrangers de naviguer dans ses eaux.

L'ONG Médecins sans frontières (MSF) a suspendu samedi les activités du Prudence, le plus gros des navires de secours aux migrants en Méditerranée, à la suite de l'interdiction lancée par la marine libyenne aux navires étrangers. Le lendemain, l'ONG allemande Sea Eye faisait une annonce similaire.

"Nous laissons un vide mortel en Méditerranée", a regretté le fondateur de Sea Eye, Michael Buschheuer, en calculant que son organisation avait sauvé environ 12.000 personnes en Méditerranée depuis avril 2016. Seule l'ONG espagnole Proactiva Open Arms, dont les deux bateaux se trouvaient dimanche à Malte, a assuré vouloir reprendre ses opérations dès lundi.

Dimanche, le gouvernement italien s'est pour sa part félicité du contrôle maritime accru de la Libye.

Pour Angelino Alfano, la moindre présence des ONG, accusées par leurs détracteurs d'être devenues des "taxis" de migrants, est plutôt positive.

Face aux opérations de MSF, les autorités italiennes estiment que l'ONG favorise le passage clandestin de migrants ou qu'elle incite les candidats au départ à tenter l'aventure.

"Dans ces conditions, notre mission de sauvetage n'est plus possible".

En parallèle, une enquête menée à l'Ouest de la Sicile a conduit à la saisie du bateau d'une ONG allemande pour des soupçons de liens directs avec des trafiquants au large de la Libye.


Migrants : des ONG obligées de suspendre les sauvetages en mer