Jeudi, 21 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Macron dénonce "une trahison de l'esprit européen" — Travailleurs détachés

Macron dénonce "une trahison de l'esprit européen" — Travailleurs détachés

24 Août 2017

La directive européenne concernant le détachement de travailleurs remonte à 1996 et est censée contribuer au développement du marché intérieur de l'UE en facilitant la circulation de la main-d'œuvre.

A la Commission, le président Jean-Claude Juncker a salué l'effort d'Emmanuel Macron. Voilà les mots choisis par Emmanuel Macron pour dénoncer la directive européenne sur le travail détaché, mercredi 23 août à Salzbourg (Autriche). Comme la France, l'Autriche estime que cette directive favorise le dumping social au profit des pays d'Europe de l'est où les charges sociales sont moins élevées.

Le président français a confirmé ses priorités pour l'avenir de l'Union européenne et de la zone euro, citant la création d'un budget et d'un Parlement de la zone euro, une refondation sociale et une harmonisation fiscale, lors d'une déclaration au côté du chancelier Christian Kern, à Salzbourg.

Il devait ensuite s'entretenir successivement avec les Premiers ministres tchèque et slovaque, Bohuslav Sobotka et Robert Fico, avant une rencontre à quatre avec Christian Kern. Une rencontre avec les dirigeants tchèque et slovaque était prévue en fin d'après-midi. "C'est ce qui dans nos pays nourrit le populisme et érode la confiance dans le projet européen", a-t-il déclaré.

La difficulté pour l'Elysée sera de défendre fermement ses positions sans braquer ses hôtes pour ne pas faire échouer cette tournée internationale censée lancer la rentrée politique du chef de l'Etat.

Bruxelles propose une refonte reposant sur un principe simple: à travail égal sur un même lieu doit correspondre une rémunération équivalente.

Qu'est-ce qu'un travailleur détaché?

La France souhaite que le tarif s'applique dès le premier jour sur place.

En revanche, Emmanuel Macron ne se rendra ni en Pologne, ni en Hongrie, les deux États les plus mis en cause dans ce système qui permet aux entreprises d'envoyer temporairement au sein de l'UE des salariés dont les cotisations sociales restent versées aux pays d'origine, où elles sont beaucoup plus faibles. Sa position exprimée mercredi semble bien plus radicale.

Il faut dire qu'alors qu'ils n'étaient que 50.000 il y a dix ans, les travailleurs détachés déclarés sont aujourd'hui 286.000 en France (chiffres de 2015). Berlin, opposé aussi au "dumping social " semble considérer que ce sujet n'est pas la priorité du moment.


Macron dénonce