Samedi, 18 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Mis en cause sur sa campagne, Hamon se défend — Présidentielle

Mis en cause sur sa campagne, Hamon se défend — Présidentielle

25 Août 2017

L'ex-membre du PS a affirmé à franceinfo, jeudi 24 août, être "très tranquille" face aux accusations pesant sur le financement d'un de ses meetings.

Au PS, certains s'interrogent en particulier sur le meeting du 1er juillet, organisé par Benoît Hamon pour annoncer la création de son propre mouvement et son départ du parti.

Benoît Hamon a répondu fermement à ces insinuations ce jeudi après-midi, lors des journées d'été d'Europe-Ecologie-Les Verts à Dunkerque.

C'est aussi le financement de la campagne présidentielle, justement, qui pose problème, selon plusieurs responsables PS. Ces derniers se demandent comment Benoît Hamon a pu faire une campagne d'un coût de 15 millions d'euros, soit moins qu'Emmanuel Macron, mais plus que tous les autres candidats, y compris Marine Le Pen, pourtant elle présente au second tour. Ils soupçonnent Benoît Hamon d'avoir négocié des avoirs secrets avec des prestataires, durant la campagne présidentielle, et d'avoir utilisé cet argent discrètement subtilisé pour organiser le rendez-vous politique. D'après lui, "on ne trouvera rien, parce qu'il n'y a rien à trouver".

Ce que semble confirmer le trésorier national du PS, Jean-François Debat, non hamoniste, dans l'article du Parisien. Un argument démonté par le mandataire financier de Benoît Hamon, Régis Juanico.

L'hypothèse de faire de Benoît Hamon une cible pour mettre le sujet du quinquennat Hollande sous le tapis a également été évoquée: "le message que veulent faire passer les hollandais c'est: +Benoît Hamon est un salopard qui a dilapidé l'argent du parti+".

Il a encore ironisé: "Je mets au défi ceux qui me le reprochent de faire aussi bien. Mais peut-être eux, qui ont parfois nagé en eaux troubles, me reprochent-ils leurs propres turpitudes", a-t-il conclu. L'ancien ministre de François Hollande a également mis en cause l'organisation "tardive" de la primaire par le PS.

Mais 15 millions d'euros c'est beaucoup. "C'est pitoyable. On a autre chose à faire aujourd'hui, j'ai un mandat. J'ai flingué la moitié de mes vacances à répondre à ces conneries", s'impatiente l'élu, adjoint au maire du 11e arrondissement de Paris, chargé du Logement.


Mis en cause sur sa campagne, Hamon se défend — Présidentielle