Lundi, 25 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Discuter avec la Corée du Nord "n'est pas la solution"

Discuter avec la Corée du Nord "n'est pas la solution"

04 Septembre 2017

"Nous aimerions résoudre les choses sur le plan diplomatique, mais c'est très difficile", avait déclaré Donald Trump ce 28 avril 2017 dans une interview accordée à l'agence Reuters depuis son Bureau Ovale de la Maison Blanche.

Un conflit ouvert entre les États-Unis et la Corée du Nord ne serait pas sans effet sur les cours mondiaux des matières premières. BRICS: "vers un nouvel horizon du partenariat stratégique des pays émergents", l'opinion défendue par le président russe a été publiée dans les principaux journaux des cinq pays membres à la veille de l'ouverture du 9e sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) qui se tiendra du 3 au 5 septembre en Chine. La Russie s'est elle dite "extrêmement préoccupée".

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a fait ce commentaire en réponse à une question sur les projets des Etats-Unis, du Japon et de la Grande-Bretagne de prôner de nouvelles sanctions de l'ONU contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC), visant notamment l'approvisionnement en pétrole et les travailleurs à l'étranger de la RPDC.

Vendredi, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, s'est entretenu par téléphone avec son homologue japonais, Taro Kono, sur la situation tendue dans la péninsule coréenne.

Présentées comme défensives, ces manoeuvres annuelles impliquant des dizaines de milliers de soldats ont été lancées en Corée du Sud le 21 août et doivent durer deux semaines.

Vladimir Poutine a jugé aujourd'hui que la tension entre la Corée du Nord et les Etats-Unis était sur le point de dégénérer en un "conflit d'envergure" et qu'il fallait, pour éviter d'en arriver là, privilégier les négociations à toute forme de pression sur Pyongyang à propos de son programme de missiles nucléaires.

Selon les autorités nippones, qui ont dénoncé une "menace grave et sans précédent", le missile a survolé l'île de Hokkaido (nord) et est tombé ensuite dans les eaux du Pacifique, à 1180 km à l'est des côtes japonaises, sans causer de dommage à des avions ou des navires dans la zone. En effet, le président russe prévient des risques d'une escalade dans la confrontation (pour l'instant verbale) entre Washington et Pyongyang.

Selon la porte-parole, la Chine espère que toutes les parties appliqueront sincèrement et pleinement les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.


Discuter avec la Corée du Nord