Jeudi, 23 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » L'État va céder des participations, pas forcément 100% — Privatisations

L'État va céder des participations, pas forcément 100% — Privatisations

05 Septembre 2017

Aucun détail n'a pour l'instant été donné sur les entreprises qui vont être privatisées, mais la Française des Jeux ferait partie des pistes étudiées. Il a également indiqué que la meilleure manière de dépenser de l'argent était de financer l'innovation, "plutôt que d'être emprisonné dans certaines compagnies qui ne sont pas stratégiques pour l'Etat français ".

Exclusion
Politique Exclusion de"constructifs: Estrosi dénonce des"bûchers France Le Maire annonce qu'il y aura plusieurs privatisations

Bruno Le Maire avait précisé que l'État ne céderait pas de participations dans des entreprises jugées "stratégiques", comme cela peut être le cas dans le secteur de l'énergie ou dans l'industrie militaire. Après le couac de la baisse des APL, le chef du gouvernement, Edouard Philippe, tente ce dimanche de déminer un autre dossier brûlant de la rentrée: l'annonce par Bruno Le Maire de la privatisation de certaines entreprises "dans quelques semaines" qui servirait "à financer l'innovation". Ces cessions permettront "au contribuable de savoir que son argent est placé pour le futur et non pas pour le passé", avait-il souligné. Ces cessions interviendront "au rythme et aux conditions les plus intéressantes pour l'Etat, pour alimenter des fonds qui serviront à financer l'innovation et la recherche", a-t-il ajouté.

Bruno Le Maire avait déjà fait état le 6 juillet de la cession de "participations dans un certain nombre d'entreprises publiques à partir du mois de septembre ". "Je serai à Rome le 11 septembre pour essayer de construire un nouveau compromis sur STX avec (mon homologue) Pier Carlo Padoan et le gouvernement italien", a déclaré M. Le Maire devant la presse. Il s'est dit confiant sur la conclusion d'un accord avec l'Italie d'ici fin septembre, répétant qu'un accord avec l'Italien Fincantieri restait la "meilleure option pour Saint-Nazaire ".


L'État va céder des participations, pas forcément 100% — Privatisations