Lundi, 25 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Elections en Allemagne: Merkel plus favorite que jamais après le duel télévisé

Elections en Allemagne: Merkel plus favorite que jamais après le duel télévisé

06 Septembre 2017

Dans le passé, Angela Merkel avait déjà donné publiquement la préférence à l'établissement d'un "partenariat privilégié" entre l'UE et la Turquie, plutôt qu'à l'entrée d'Ankara dans le club communautaire.

D'après un sondage réalisé jeudi par la télévision publique ARD, 64% des électeurs s'attendent à voir Angela Merkel gagner le débat de dimanche, contre 17% pour Martin Schulz. "Je discuterai avec mes collègues de l'Union européenne pour voir si nous pouvons parvenir à une position commune, afin que nous puissions mettre un terme à ces négociations d'adhésion" avec Ankara, lancées dans la douleur en 2005.

Ce débat télévisé était le seul organisé avant les élections fédérales du 24 septembre.

"Pour l'instant, la Turquie n'est absolument pas en position de rejoindre l'Union européenne", a-t-il ajouté, bénéficiant de l'appui du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

La présidence turque a regretté lundi que la classe politique allemande cède au "populisme" à la suite de l'annonce d'Angela Merkel, qui s'est prononcée dimanche soir en faveur de l'arrêt des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

Les liens entre la Turquie et l'Allemagne se sont tendus depuis le putsch manqué du 15 juillet 2016, imputé par Ankara au prédicateur musulman Fethullah Gülen, qui nie les faits. "Je voudrais que nous nous conduisions de façon à ce que les Turcs remarquent que c'est eux, c'est-à-dire le système Erdogan, qui rendent impossible l'adhésion de leur pays à l'UE, au lieu de tomber dans le panneau et de nous charger des responsabilités" d'une rupture des négociations d'adhésion.

Les autres redoutent un violent retour de flamme dont l'ensemble des Européens pâtiraient. Martin Schulz a essayé "de paraître plus clair que son adversaire", lorsque Angela Merkel a imposé son expérience du pouvoir, face à un candidat "qui n'a jamais exercé de fonction gouvernementale", comme l'ont rappelé les journalistes en introduction [Le Figaro].

Le ministère a cependant ajouté attendre encore une confirmation formelle de la part des autorités turques.

"Même sur les questions sociales, terrain sur lequel le programme de M. Schulz est plus précis et plus ambitieux, ils n'ont pas réussi à se différencier", note Le Monde. Le porte-parole du président turc Recep Tayyip Erdogan a pour sa part reproché le "manque de vision" et la "soumission au populisme" de la chancelière allemande. De son côté, la Turquie accuse Berlin de faire preuve d'indulgence envers des "terroristes", en abritant des séparatistes kurdes et des putschistes présumés.


Elections en Allemagne: Merkel plus favorite que jamais après le duel télévisé