Lundi, 25 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Les Républicains: "Wauquiez, c'est celui qui attaque la montagne de droite"

Les Républicains: "Wauquiez, c'est celui qui attaque la montagne de droite"

06 Septembre 2017

Quant à Florian Philippot, vice-président du FN, il avait dit vouloir prendre un café, entre autres, avec le candidat à la présidence de LR. Trois jours après l'annonce de sa candidature à la présidence de LR, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy a exprimé sa volonté d'écrire une nouvelle page de l'histoire de la formation, encore sous le coup de l'élimination de son candidat au premier tour de la présidentielle. Nul doute pourtant qu'il ait une bonne droite, du moins le revendique-t-il haut et fort. Avec lui, qu'on se le dise, la droite est de retour.

"Il a le leadership, l'énergie, le courage", a déclaré au Journal du Dimanche à propos de Laurent Wauquiez cette ancienne chef d'entreprise qui s'affiche comme libérale.

Tandis que Laurent Wauquiez ancre son discours à droite, tout en se posant en rassembleur, Valérie Pécresse entend bien animer l'opposition à la candidature de celui dont elle dénonce la "porosité" avec le Front national.

Edito vidéo: Laurent Wauquiez, pourquoi tant de haine?

Julien Aubert a assuré qu'il pouvait déjà compter sur le soutien d'"une dizaine de parlementaires" et qu'il démarrerait lundi sa campagne auprès des militants.Il rejoint Daniel Fasquelle, Florence Portelli, Laurence Sailliet et donc Laurent Wauquiez dans la course pour une élection qui se déroulera en décembre prochain.

Julien Aubert, 39 ans, a été élu pour un deuxième mandat de député en juin dernier. Il a été pro-européen, critiquant les eurosceptiques comme moi. "J'ai donc du mal à le caractériser idéologiquement", a-t-il dit. "Aujourd'hui, il peut donner le sentiment de tenir des positions proches des miennes".

Alors que le maire de Bordeaux a affirmé qu'il serait "attentif aux lignes rouges qu'[il] a tracées", la présidente du conseil régional d'Île-de-France est allée dans le même sens sur France Inter : "Je me réserve, à voir, une position qui dépendra de son comportement et de sa ligne politique, ça n'a rien de personnel, mais je crois qu'on est très nombreux dans ce cas et à penser de la même façon", a-t-elle estimé.

"Je regarde les actes, pas les paroles. Moi, j'ai voté contre".


Les Républicains: