Jeudi, 23 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Télécoms : les opérateurs épinglés sur la transparence de leurs prix

Télécoms : les opérateurs épinglés sur la transparence de leurs prix

06 Septembre 2017

La DGCCRF attaque particulièrement trois opérateurs: Bouygues Telecom, Orange et SFR.

Free, qui ne fait pas partie des cibles de Bercy, est le bon élève des principaux fournisseurs d'accès à internet.

Il est vrai que cette pratique peut tromper certains clients qui n'ont pas forcément fait attention aux petits détails comme la location de la box, tandis que Free de son côté milite pour l'inclure dans le prix de l'abonnement comme il le fait depuis toujours. Il avait précisé que la Direction Générale de la Concurrence et de Répression des Fraudes travaillait sur ce dossier et qu'elle "imposerait une clarification".

L'analyse de la DGCCRF rejoint donc celle de Free, qui est le seul opérateur majeur à ne pas pratiquer la location différenciée de box dans ses offres. Il est possible de prendre un modem-routeur ou une box de génération inférieure (La Box ou modem THD WiFi pour SFR, Livebox 2 ou Play pour Orange) pour remplacer la box recommandée par l'opérateur. C'est la même mécanique pour Bouygues (3 euros de plus) et pour Orange (3 euros): entre les remises la première année et le prix de la location du matériel donné à part, le prix réel n'est jamais directement renseigné.

Il n'est pas question ici de prix cachés par les opérateurs mais du prix affiché sur les plaquettes promotionnelles et dans les publicités: le prix de la box n'est pas inclus. C'est de bonne guerre.

Dans un courrier envoyé aux opérateurs télécoms, dont "Les Echos " ont eu connaissance, la DGCCRF leur demande de respecter les règles du jeu en matière d'information sur les prix pratiqués dans le cadre de la commercialisation d'une offre internet fixe.

" Dans le cas où une offre d'accès Internet fixe proposée au consommateur comporte la location payante d'une Box, le prix annoncé dans vos publicités et communications commerciales doit indiquer la somme totale qui devra être effectivement payée par le consommateur ", a rappelé la Répression des fraudes dans son courrier. Faute de quoi, ils risquent une amende de 15.000 euros. Les opérateurs ont jusqu'au 1er février 2018 pour se mettre en conformité avec la loi. Une broutille pour des entreprises de cette taille.


Télécoms : les opérateurs épinglés sur la transparence de leurs prix