Lundi, 25 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » PSA accusé d'avoir truqué deux millions de moteurs — Dieselgate

PSA accusé d'avoir truqué deux millions de moteurs — Dieselgate

10 Septembre 2017

Selon les chiffres de la DGCCRF, "au moins 1 914 965 véhicules diesel de génération Euro 5 [la norme en vigueur jusqu'en 2015] dont le moteur fonctionne selon les stratégies frauduleuses, objet du présent procès-verbal", ont été vendus en France entre le 1er septembre 2009 et le 1er septembre 2015" expliquent nos confrères. D'autres véhicules mis en vente depuis septembre 2015 pourraient également être concernés.

Après Volkswagen, Fiat et Renault, est-ce au tour de Peugeot d'entrer dans le scandale du dieselgate? Le groupe "s'indigne de la transmission d'informations à des tiers sans qu'il ait eu de son côté accès au dossier " et a décidé de porter plainte pour violation du secret de l'instruction. Toutes les marques ont dû, depuis, se soumettre à de nouveaux tests.

Ces accusations proviennent d'un procès-verbal d'investigation remis au parquet de Paris, le 9 février, par la direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF). Bien qu'il dispose d'une technologie plutôt performante pour la réduction des émissions polluantes, baptisée SCR (selective catalyst reduction), PSA aurait paramétré ses moteurs selon deux modes de fonctionnement: un mode 'LowNox' qui "abaisse les Nox (oxydes d'azote) mais augmente la consommation et réduit le brio [reprise] du véhicule " et un mode 'LowCO2' qui "réduit la consommation, favorise le brio mais augmente de manière significative les NOx", indique le rapport. Et durant les tests d'homologation, il activait systématiquement le mode "low NOx", tandis qu'en utilisation normale, le véhicule se retrouve presque toujours en mode "low CO2 ".

Le groupe PSA a démenti dans la foulée auprès de l'AFP "toute stratégie frauduleuse". La fraude porterait en particulier sur le niveau des oxydes d'azote (NOx), très coûteux à réduire.

Ce sont les juges d'instruction qui devront dire si ces réglages étaient inspirés par une volonté de fraude ou non.

Le groupe s'offusque par la même occasion que le journal Le Monde ait pu consulter le rapport de la DGCCRF, alors qu'il n'a lui-même pas été contacté par la justice, l'empêchant ainsi de faire valoir ses arguments. Des écarts considérables de NOx sont mesurés entre les conditions du test d'homologation (moteur à froid) et quand la température du moteur se rapproche des conditions de conduite réelle.

Mais les effets de cette opération de communication sont réduits à néant, après la publication du Monde.

Actuel patron du groupe, Carlos Tavares serait cité en tant que représentant légal de la personne morale PSA.


PSA accusé d'avoir truqué deux millions de moteurs — Dieselgate