Lundi, 25 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » A Villejuif, le parquet requiert l'incarcération de deux suspects

A Villejuif, le parquet requiert l'incarcération de deux suspects

11 Septembre 2017

Un des trois suspects dans l'affaire de l'atelier clandestin d'explosifs découvert à Villejuif a été libéré ce dimanche matin. Ils sont déférés en vue d'une ouverture d'information judiciaire par la section anti-terroriste de Paris.

"Ils avaient convenu de commettre un attentat sur le territoire national pour se venger de la coalition, sans toutefois qu'ils aient formalisé de projet précis à ce jour", a déclaré François Molins.

Mercredi, 100 grammes de TATP avaient été découvert fortuitement dans l'appartement de Villejuif. Du TATP avait également été utilisé lors des attentats de novembre 2015 par des kamikazes aux abords du Stade de France, de Bruxelles en mars 2016 et de Manchester en mai dernier.

Les deux premiers hommes, âgés de 36 et 47 ans, et inconnus des services de police, sont quasiment arrivés au terme des quatre jours de garde à vue applicables en matière de terrorisme, dans le cadre de l'enquête pour association de malfaiteurs terroriste criminelle ouverte mercredi par la section antiterroriste du parquet de Paris et confiée à la section antiterroriste de la brigade criminelle parisienne (SAT) et à la DGSI.

Dans le matériel informatique du deuxième homme interpellé se trouvaient notamment des vidéos de propagande de l'État islamique en nombre important. Il pourrait être en contact avec des djihadistes en Syrie. D'autres produits chimiques ont été saisis dans un box loué à Thiais dans le Val-de-Marne par le propriétaire de l'appartement.

Jeudi, le ministre français de l'Intérieur, Gérard Collomb, évoquait de possibles "liens avec des zones étrangères (.), (avec) le théâtre irako-syrien".


A Villejuif, le parquet requiert l'incarcération de deux suspects