Mardi, 17 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Alstom et Siemens confirment la fusion de leurs activités ferroviaires

Alstom et Siemens confirment la fusion de leurs activités ferroviaires

27 Septembre 2017

"Ne nous racontons pas d'histoire: c'est Alstom qui sera avalé par Siemens ", dénonce Xavier Bertrand, président LR des Hauts-de-France. Le groupe allemand apporte en échange son activité de matériel ferroviaire et de signalisation Siemens Mobility, qui pèse 7,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires, soit peu ou prou la valorisation d'Alstom. L'opération prévoit le versement de dividendes exceptionnels aux actionnaires existants d'Alstom.

France 2 conclut en indiquant que la personnalité choisie pour diriger l'entreprise devrait être française. En guise de lot de consolation, Arnaud Montebourg avait obtenu que Bouygues, actionnaire de référence d'Alstom, avec 29 % du capital, prête à l'Etat, pour trois ans, 20 % de ses droits de vote avec une option d'achat sur les titres qui va expirer dans quelques semaines.

Mais il n'y aura aucun réel contrepoids français dans le capital du nouvel ensemble Alstom-Siemens: Bouygues qui détenait 28 % du capital d'Alstom va voir ses actions diluées à moins de 15 % et aura la possibilité de vendre sa participation après le 31 juillet 2018.

Mais la dimension politique pèse pour un rapprochement franco-allemand: les deux groupes attendent des autorités européennes de la concurrence qu'elles prennent en compte la nécessité de faire contrepoids face à CRRC sur le marché mondial, selon le Handelsblatt. Mais Alstom Transport, sous la houlette d'Henri Poupart-Lafarge, a conquis ses lettres de noblesse. Le marché est actuellement dominé par le géant chinois CRRC Corp.

Recentré sur les activités ferroviaires depuis la cession de la branche turbines à General Electric, Alstom, 32.800 salariés, dont 20.700 en Europe, a réalisé un résultat opérationnel de 358 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 7,3 milliards d'euros, lors du dernier exercice clos fin mars 2017.

Alstom et Siemens ont tous deux confirmé vendredi soir qu'ils discutaient d'un éventuel rapprochement de leurs activités ferroviaires.

L'accord conclu mardi porte également sur la combinaison des activités de signalisation de Siemens et Alstom, nettement plus rentables que la fabrication de trains, métros et tramways. Il rejoint sur ce point les syndicats, très inquiets pour les emplois sur le site belfortain.


Alstom et Siemens confirment la fusion de leurs activités ferroviaires