Mardi, 17 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » L'armée irakienne "attendrait les ordres" pour se déployer — Kurdistan

L'armée irakienne "attendrait les ordres" pour se déployer — Kurdistan

29 Septembre 2017

Le référendum sur l'indépendance, une décision unilatérale prise par le président du Kurdistan Massoud Barzani, s'est tenu lundi dans cette région autonome -qui comprend les provinces d'Erbil, Souleimaniyeh et Dohouk-, mais aussi dans des zones que se disputent Kurdes et gouvernement central. Nous ne discuterons jamais du résultat.

" Certains se sont malheureusement lancés dans une aventure par des ambitions personnelles, au prix de gâcher l'avenir de centaines de milliers, voire des millions d'opprimés". Ils ont en outre exigé l'envoi des forces de sécurité dans les zones disputées entre Bagdad et Erbil, où les autorités du Kurdistan irakien ont également organisé le scrutin lundi.

Bagdad a aussi demandé aux autres Etats de fermer leurs missions diplomatiques dans la capitale régionale.

À l'étranger, ce scrutin est resté largement critiqué, tout particulièrement par les trois pays voisins (Turquie, Syrie et Iran), qui comptent des minorités kurdes.

Dans ce contexte, en dépit de relations délicates, la Turquie, l'Irak et l'Iran, pays également opposé au référendum, ont multiplié les contacts ces derniers jours.

Les pays occidentaux et les Nations unies sont eux aussi hostiles au référendum qu'ils jugent dangereusement déstabilisant pour la région.

Massoud Barzani a affirmé que ce vote ne serait pas aussitôt suivi d'une déclaration d'indépendance mais marquerait plutôt le début de "discussions sérieuses" avec Bagdad.

Il a appelé au dialogue en soulignant que les décisions du pouvoir central irakien nuisaient à l'économie du Kurdistan.

Le consulat général de Turquie à Erbil, en Irak, a annoncé mercredi que les vols entre la Turquie et le nord de l'Irak seraient suspendus à partir de vendredi.

La compagnie libanaise Middle East Airlines (MEA) va elle aussi 'suspendre à partir de vendredi tous les vols de et vers Erbil, à la demande de l'aviation civile irakienne', a indiqué son PDG, Mohamad El-Hout. Ceux-ci permettent de passer en Turquie et en Iran.

Dans sa résolution adoptée mercredi lors d'une séance boycottée par les élus kurdes, le Parlement de Bagdad a enjoint au gouvernement de "replacer les gisements pétroliers de Kirkouk sous le contrôle du ministère du Pétrole".

"Nous imposerons la loi irakienne dans toute la région du Kurdistan en vertu de la Constitution", a-t-il ajouté.

La ville pétrolière, qui a participé au référendum d'autodétermination, abrite d'importantes communautés arabe et turkmène qui sont opposées à l'indépendance.


L'armée irakienne