Mardi, 17 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Bonbonnes de gaz à Paris. Un immeuble cossu, cible mystérieuse des terroristes

Bonbonnes de gaz à Paris. Un immeuble cossu, cible mystérieuse des terroristes

05 Octobre 2017

De l'essence avait été dispersée autour des bouteilles et "un dispositif de mise à feu" confectionné avec un téléphone portable muni de fils aux extrémités a été retrouvé à proximité, selon ces sources. Le Point, à l'origine des révélations dans cette affaire, affirme par ailleurs que la bombe artisanale aurait pourtant été déclenchée à plusieurs reprises, en vain.

Les enquêteurs de la section antiterroriste (SAT) de la brigade criminelle de Paris et ceux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) poursuivaient leurs investigations ce lundi soir.

Rapidement sur les lieux, la police découvre deux autres bonbonnes disposées à l'extérieur de l'immeuble, sur le trottoir.

Invité de France Inter ce mardi matin, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a précisé que l'un des hommes arrêtés était inscrit "au fichier FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste)" et donc "radicalisé". Pour l'instant, on ne sait pas pourquoi ce lieu était visé.

Lundi, cinq hommes, âgés de 29 à 31 ans, avaient été interpellés puis placés en garde à vue. Il avait été alerté par une odeur "de gaz et d'essence", selon LCI, qui rapporte que de l'essence avait en effet été déversée dans l'entrée de l'immeuble situé rue Chanez. En fait, d'après les premières conclusions des enquêteurs, les terroristes visaient "un associatif militant contre l'islamisme radical", mais l'ont confondu avec un homonyme qui habite cet immeuble cossu. L'une d'elles au moins était fichée S, d'après un article de BFMTV.

Selon nos informations, "aucune personnalité sensible ne réside dans cet immeuble" d'habitation en apparence tranquille, dans une rue calme et peu fréquentée de Paris. Vendredi 9 septembre, le procureur de Paris, François Molins, a fait savoir que les trois jeunes femmes étaient "téléguidées depuis la Syrie par le groupe Etat islamique".


Bonbonnes de gaz à Paris. Un immeuble cossu, cible mystérieuse des terroristes