Mercredi, 18 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Référendum en Catalogne : crise politique en Espagne

Référendum en Catalogne : crise politique en Espagne

08 Octobre 2017

Il a annoncé par ailleurs que les résultats seraient soumis, dans les prochains jours, au Parlement catalan, de sorte qu'il puisse "mettre en œuvre" la législation du référendum, prévoyant une déclaration d'indépendance dans le scénario du "oui" majoritaire.

La Catalogne fait l'objet de tensions avec Madrid depuis que le chef de l'exécutif catalan, Carles Puigdemont, a ouvert la voie à une proclamation d'indépendance.

La juridction suprême avait été saisie par le Parti socialiste de Catalogne, opposé à la sécession de la communauté autonome, au motif qu'une déclaration d'indépendance serait une atteinte à la Constitution, et "annihilerait " les droits des députés, a précisé le quotidien espagnol El Pais.

La crise qui divise la Catalogne, où vivent 16% des Espagnols et où selon les sondages la moitié de la population n'est pas indépendantiste.

"Toute l'Espagne commence à souffrir de l'effet 'Puigdemont' (le président séparatiste catalan), c'est un effet destructeur sur l'économie", a déclaré jeudi matin Esteban Gonzalez Pons, eurodéputé espagnol conservateur, vice-président du groupe du Parti populaire au Parlement européen. Il envisageait de déclarer l'indépendance de sa région devant le Parlement catalan lundi.

Dans un discours peu de temps plus tard, le roi d'Espagne, Felipe VI, a dit que les autorités catalanes ont délibérément détourné la loi avec leur "conduite irresponsable".

(Easybourse.com) Le gouvernement espagnol a appelé vendredi les séparatistes catalans à dissoudre leur parlement et à convoquer de nouvelles élections afin de trouver une issue à la crise politique qui secoue le pays.

Les Catalans ont dit oui à 90 % à l'indépendance dimanche dernier, lors d'une journée marquée par de multiples interventions policières, parfois brutales, visant à empêcher la tenue du vote.

"J'attends de la Commission européenne qu'elle soit claire sur trois choses: la démocratie et l'état de droit, pas de médiation (internationale) et nécessité d'un dialogue à l'intérieur du cadre légal", a expliqué à des journalistes une source gouvernementale espagnole avant le débat. Carles Puigdemont, le président de la Generalitat, considère que le Pacte constitutionnel "s'est achevé" depuis que Madrid a enterré, en 2010, le projet de renforcement de l'autonomie catalane. A Barcelone, ils étaient environ 2.000 samedi à s'être rassemblés sur la Plaza de Sant Jaume, certains portant des tee-shirts demandant en catalan: "Si us plau, dialoguer" (s'il vous plaît, parlez-vous).

La crise en Catalogne suscite aussi l'inquiétude des agences de notation financières SP et Fitch, qui ont toutes deux averti cette semaine qu'elles envisageaient d'abaisser la note de la dette de la Catalogne, déjà classée en catégorie spéculative.

Madrid exploite en fait les divisions qui se manifestent dans le camp indépendantiste. Carles Puigdemont a affirmé avoir reçu plusieurs offres de services de médiateurs pour régler son conflit avec Madrid, mais accusé le gouvernement espagnol de n'en avoir accepté aucune.

Banco Sabadell, deuxième banque de Catalogne, a quant à elle annoncé jeudi le transfert de son siège social à Alicante, dans le sud-est du pays, après la dégringolade de son cours en Bourse.


Référendum en Catalogne : crise politique en Espagne