Mercredi, 18 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Des activistes opposés à la libération de Bassolé

Des activistes opposés à la libération de Bassolé

12 Octobre 2017

"Le parquet militaire a décidé d'assigner à résidence surveillée le général Bassolé", a déclare à VOA Afrique une source judiciaire, à l'issue d'une audience à huis clos.

Les membres de ces associations étaient mercredi au tribunal militaire pour le faire savoir aux juges de la Chambre d'accusation qui ont accordé la liberté provisoire mardi soir à M. Bassolé.

En dépit des problèmes de santé évoqués par ses avocats, la justice militaire lui avait refusé la liberté provisoire à plusieurs reprises.

Cette libération intervient à un moment où les partisans du général multiplient des manifestations pour demander la libération de leur champion.

"Si nous avions la certitude que M. Bassolé sortait se faire soigner et regagnait sa cellule, nous ne serions pas là à manifester", a-t-il indiqué.

"Dans la nuit d'hier, aux environs de 20h30, nous avons appris qu'une décision de la justice militaire accordait une liberté au général Djibrill Bassolé, incarcéré depuis deux ans, dans le cadre du putsch manqué de septembre 2015".

L'authenticité de cet enregistrement fait débat.

Le groupe de travail sur la détention arbitraire du Haut-commissaire aux droits de l'homme des Nations-Unies s'était prononcé en faveur d'une libération immédiate du général Bassolé.

Le Burkina Faso avait aussitôt demandé un réexamen de cet avis, estimant que ses "arguments" n'avaient pas "été pris en compte" par l'ONU.

Il est poursuivi pour trahison dans le dossier du putsch de septembre 2015.


Des activistes opposés à la libération de Bassolé