Mercredi, 18 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principal » La Confédération paysanne "globalement satisfaite" des annonces de Macron — Alimentation

La Confédération paysanne "globalement satisfaite" des annonces de Macron — Alimentation

12 Octobre 2017

Emmanuel Macron a demandé que ce nouveau mode d'établissement des prix prenne effet dès les négociations commerciales annuelles qui démarrent en novembre.

Pas d'opposition de fond non plus au fait que les filières, c'est-à-dire les interprofessions actuelles auxquelles on intégrera la grande distribution, ou encore les OP très regroupées, soient beaucoup plus forte qu'actuellement. "La revalorisation du seuil de revente à perte était un sujet crispant, il l'a cadencé", a également salué Mme Lambert: "il y a des avancées que nous attendions, il a parlé d'ordonnances pour aller vite, ceci nous satisfait".

"Emmanuel Macron n'est pas tombé dans le piège que lui tendaient les représentants des multinationales en réclamant une réforme du seuil de revente à perte sur l'ensemble des produits de grande consommation", a estimé Michel-Édouard Leclerc. Il a aussi souhaité des organisations de producteurs, la mise en place d'indicateurs de marché sur les coûts de production et des contrats types par filière, pour que tous les agriculteurs aient accès facilement à ces informations.

Elle est en revanche plus sévère sur la forme, jugeant Emmanuel Macron, "approximatif, voire caricatural" et même "donneur de leçons", notamment "sur les marchés qui ne marchent pas, des gens qui devraient arrêter parce que leur modèle ne marche pas".

Pour Laurent Pinatel, il faudra aussi prendre acte de la "fraîcheur" apportée au sein des Etats généraux de l'alimentation par les ONG.

Selon toute vraisemblance, ce sont des mesures favorisant la hausse des prix qui sera répercutée sur le consommateur qui devrait être annoncées.

" Nous modifierons la loi pour inverser la formation du prix qui partira du coût de production ", a déclaré le chef de l'Etat à mi-parcours desEtats généraux de l'Alimentation, à Rungis (Val-de-Marne). Une démarche qui a provoqué la colère de Michel-Edouard Leclerc qui a dénoncé cette hausse massive des prix qui s'annonce chez la concurrence de ses propres établissements, et qui ne serait qu'une manœuvre effectuée sous couvert d'aider les agriculteurs.


La Confédération paysanne