Vendredi, 17 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » France. Dix personnes soupçonnées de préparer des attentats interpellées

France. Dix personnes soupçonnées de préparer des attentats interpellées

18 Octobre 2017

Ce coup de filet intervient après plus de quatre mois d'enquête, explique M6, qui évoque une "opération de grande ampleur" et "préparée dans le plus grand secret".

Neuf hommes, dont trois mineurs, gravitant pour la plupart dans la mouvance ultradroite, et une femme ont été arrêtés par la Sdat (Sous-direction antiterroriste de la police judiciaire), en co-saisine avec la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure), dans le sud-est de la France et en région parisienne, a-t-on appris de sources proches de l'enquête.

Selon des informations de la chaîne de télévision M6, les dix individus seraient âgés de 17 à 25 ans, et ont été arrêtés en Seine-Saint-Denis et dans les environs de Marseille. Selon plusieurs sources, c'est cet homme qui aurait été la clé de voûte d'un projet criminel. Tout juste âgé de 21 ans, le jeune homme est pourtant "une sérieuse connaissance" des fonctionnaires des services de renseignements.

Partisan d'actions violentes dans les faits, Logan Alexandre Nisin l'était également sur la toile.

Une page sur laquelle celui-ci avait pris soin de poster le message suivant: "Rebeus, blacks, dealers, migrants, racailles djihadistes, si toi aussi tu rêves de tous les tuer, nous en avons fait le vœu, rejoins-nous!". Elles sont suspectées d'avoir préparé des attaques contre des hommes politiques et des lieux de culte musulmans.

Interpellé le 28 juin à Vitrolles (Bouches-du-Rhône), Nisin, 21 ans, a été mis en examen début juillet et placé en détention provisoire dans le cadre d'une enquête ouverte pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Une dernière piste qui aurait été "abandonnée" selon les mêmes sources après l'échec de ce dernier dans sa course à la plus haute mandature.

La police a interpellé mardi dix personnes dans les milieux d'extrême droite français sur commission rogatoire d'un juge. Selon une source judiciaire, les gardes à vue pourraient s'étendre sur 96 heures, et probablement déboucher sur des mises en examen.


France. Dix personnes soupçonnées de préparer des attentats interpellées