Vendredi, 17 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Les personnes en difficulté sont les plus lésées — Frais bancaires

Les personnes en difficulté sont les plus lésées — Frais bancaires

28 Octobre 2017

L'enquête de 60 Millions de Consommateurs et de l'Unaf (Union nationale des associations familiales) évoque même une facture quasiment dix fois plus importantes. Lorsque la banque constate des incidents répétés, elle doit informer le détenteur du compte et lui proposer de souscrire à une offre spécifique, qui lui permet de mieux contrôler son budget. Résultat: dès qu'un paiement dépasse le seuil autorisé, la sanction tombe et elle a le don d'être onéreuse. Dans le premier cas, considéré comme un service rendu au client, la banque se réserve le droit de facturer une commission d'intervention.

Commission injustifiée une fois sur deux.

Selon les estimations de 60 millions de consommateurs, l'ensemble de ces frais liés aux incidents de fonctionnement est très rémunérateur.

Un erreur encore puisque selon une enquête du syndicat CGT Banque Assurance, 54 % des conseillers affirment ne pas intervenir eux-mêmes. Commissions d'intervention, frais de rejet, lettre d'information pour compte débiteur... Or bien peu de conseillers examinent le bien-fondé d'une intervention. La banque prélève automatiquement 50 euros pour un chèque sans provision d'un montant supérieur à 50 euros, 30 euros pour un chèque de moins de 50 euros et 20 euros pour un prélèvement rejeté. Quelle que soit votre situation, votre compte peut se retrouver dans le rouge à un moment donné.

Les banques tapent en cas d'incident sur les personnes fragilisées en prélevant des frais exorbitants souligne l'enquête de 60 millions de consommateurs. Au lieu d'avoir une vertu pédagogique, comme les banques le prétendent, les frais d'incident les enfoncent davantage encore dans la difficulté, ce qui finit par troubler non seulement l'équilibre économique des personnes mais aussi leur vie familiale, leur santé, leur rapport aux autres. Pour cela, il faut adresser un courrier type à son conseiller ou voir avec lui par téléphone. Plus il y a d'incidents, plus les frais sont grands.

"Les consommateurs en difficulté financière persistante se voient prélever 296 euros de frais par an contre huit à neuf fois moins - 34 euros - pour les clients lambda en moyenne" D'après cette étude, les clients en difficulté financière seraient plus affectés par les frais bancaires avec des frais neuf fois supérieurs à ceux pour un client sans difficultés financières. Cette offre, dite "client fragile" propose des alertes par sms, des cartes à autorisation systématique, etc. Elle est facturée trois euros par mois, mais propose des plafonnements de frais bancaires, et est souvent couplée à la disparition du chéquier et de certains moyens de paiements trop risqués.


Les personnes en difficulté sont les plus lésées — Frais bancaires