Samedi, 18 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Elizabeth II et des proches de Trump et Trudeau cités — "Paradise Papers"

Elizabeth II et des proches de Trump et Trudeau cités — "Paradise Papers"

06 Novembre 2017

Au centre de ces montages financiers Appleby, un cabinet d'avocats basé notamment aux ïles Cayman et dans les Bermudes. Le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), associé à 95 médias du monde entier, révèle ce dimanche un nouveau scandale d'évasion fiscale impliquant des sociétés et des personnalités du monde entier.LIRE AUSSI Appleby, un cabinet d'avocats au cœur des "Paradise Papers" En tout, 13,4 millions de documents ont été obtenus par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, qui les a partagés avec l'ICIJ. Le Monde fait partie des médias partenaires.

Les fonds placés dans ces paradis fiscaux sont investis dans de nombreuses sociétés, dont Brighthouse, une société de location avec option d'achat de meubles et de matériel informatique accusée de profiter de la misère, ou encore une chaîne de magasins de spiritueux aujourd'hui en dépôt de bilan.

"Tous nos investissements font l'objet d'un audit complet et sont légitimes", a affirmé à l'AFP une porte-parole du Duché de Lancaster.

Ces derniers ne représentent que 0,3% de la valeur totale du Duché, selon elle.

On apprend également que Wilbur Ross, le secrétaire au commerce de Donald Trump, est l'actionnaire majoritaire d'une société offshore de fret maritime, qui travaille avec des Russes. Il a réduit sa participation personnelle dans l'une d'elle, Navigator Holdings mais en contrôle toujours, via des entités offshore, 31%. Celles-ci compte plusieurs propriétaires dont Guennadi Timtchenko, un oligarque proche de Vladimir Poutine sanctionné par le Trésor américain après l'invasion de la Crimée par Moscou, et Kirill Chamalov, marié à la plus jeune fille du président russe. "Parmi les plus gros clients de Navigator se trouve en effet la société russe de gaz et de produits pétrochimiques Sibur, qui a contribué à hauteur de 23 millions de dollars à son chiffre d'affaires en 2016".

Le début de mandat du président américain, un an après son élection, est toujours empoisonné par les enquêtes sur des soupçons de collusion entre son équipe de campagne et la Russie avant l'élection. La reine d'Angleterre, Elisabeth II, Rex Tillerson, le chef de la diplomatie américaine, ou encore des proches du Premier ministre canadien, Justin Trudeau, sont visés. Explications avec Maxime Vaudano, journaliste au Monde.


Elizabeth II et des proches de Trump et Trudeau cités —