Samedi, 18 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » Dijon : un groupe d'ultra-droite menace un match de Ligue 1

Dijon : un groupe d'ultra-droite menace un match de Ligue 1

09 Novembre 2017

Revendication opportuniste ou réelle? Un mystérieux groupe, autoproclamé "commando de défense du peuple et de la patrie française", a envoyé plusieurs messages de revendication au Bien public, un mois et demi après des agressions au marteau à Dijon (Côte-d'Or) et Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), qui ont causé des blessures légères. Les autorités judiciaires sont prudentes. Ils reprochent à l'association d'avoir annoncé son intention de déposer plainte après la révélation des premiers messages envoyés par le groupuscule, dans lesquels il affirme choisir ses cibles en fonction de leur religion ou de leur couleur de peau. Le groupuscule affirme que ces attaques " sur le site de l'université de Bourgogne (.) au cœur de l'un des symboles du multiculturalisme, marquent l'acte de naissance de [son] mouvement". Le groupuscule ayant revendiqué des attaques au marteau à Dijon et Chalon-sur-Saône souhaiterait "lutter contre l'islamisation" de la France. Il a expliqué que le cri de l'agresseur se justifiait par la nécessité "d'aiguiller les enquêteurs sur une fausse piste". Il revendiquait même une filiation avec Anders Behring Breivik, l'auteur de cette tuerie qui avait fait 77 morts en Norvège en 2011.

Dans des mails adressés ce mardi à nos confrères du Bien Public, le groupe commence par attaquer l'association SOS Racisme. "Comme c'est mignon, ils croient nous faire peur ces bisounours (...)".

Dans un autre message, le CDPPF exige la libération de huit " collègues " arrêtés au début du mois d'octobre et de leur " chef " Logan Alexandre Nisin, un militant d'ultradroite interpellé en juillet dernier qui est à l'origine de la fondation de ce groupe qui, selon Le Bien Public, aurait envisagé des actions violentes visant notamment des hommes politiques ou des mosquées.

Dans l'une de leur missive, ils réclament " l'abandon des poursuites à leur encontre ". Le groupe dit vouloir "frapp [er] le prochain grand événement ayant lieu à Dijon", soit le match de football qui se jouera le 18 novembre contre Troyes, si ses requêtes ne sont pas satisfaites.

Selon le calendrier sportif, le match en question est fixé pour le samedi 18 novembre à 20 heures.


Dijon : un groupe d'ultra-droite menace un match de Ligue 1