Samedi, 18 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principal » 80 % de la peau d'un enfant remplacée, une première — Greffe

80 % de la peau d'un enfant remplacée, une première — Greffe

11 Novembre 2017

Mercredi, une équipe de médecins a annoncé le succès d'une opération sur un garçon de sept ans atteint d'une grave maladie héréditaire de la peau: ils ont reconstitué " 80% de son épiderme à partir de cellules souches modifiées génétiquement", une première mondiale [1].

En juin 2015, lors de son admission dans un hôpital allemand, les médecins le jugeaient condamné. Très rare, elle est liée à des mutations de trois gènes.

"Il avait développé une infection qui lui a rapidement fait perdre" son épiderme "sur presque les deux tiers de la surface de son corps", a expliqué au cours d'une conférence de presse téléphonique Tobias Rothoeft, du service grands brûlés de l'hôpital pour enfants de l'université de la Ruhr, à Bochum, dans le nord-ouest de l'Allemagne. C'était compter sans Michele de Luca, un spécialiste de l'utilisation des cellules-souches dans la reconstruction de la peau et directeur du Centre de médecine régénérative de Modène (Italie). Michele de Luca et son équipe ont alors prélevé des cellules de peau sur une partie du corps de l'enfant non abîmée. Ces derniers ont infecté des cellules prélevées sur le patient avec un virus transportant la version corrigée du gène. Plusieurs opérations ultérieures ont ensuite permis de recouvrir le reste de la surface de son corps.

Ce traitement n'est pas totalement inédit.

Il s'agit d'une maladie génétique rare, caractérisée par une fragilité de la peau: la mutation d'un gène essentiel à la structure de notre enveloppe corporelle ne joue plus son rôle, et la peau se détache et s'écorche au moindre choc. Selon nos confrères de la revue Nature qui révèlent cet exploit médical, l'enfant a dû être suivi pendant huit mois en soins intensifs mais aujourd'hui, il a pu quitter l'hôpital et retourner à l'école comme un petit garçon en bonne santé.

Contactés par leurs homologues allemands, les chirurgiens italiens avaient déjà réalisé une greffe de peau chez un patient atteint de la même maladie, en 2006; leur intervention s'était néanmoins limitée à une surface de 6 cm².

Dans un article d'analyse publié avec ce récit, les deux chercheurs spécialisés sur les cellules-souches insistent sur le fait que ces travaux "démontrent la faisabilité et la sûreté du remplacement entier de l'épiderme grâce à une utilisation combinée de cellules-souches et de la thérapie génique".


80 % de la peau d'un enfant remplacée, une première — Greffe